/sports/football/alouettes
Navigation

De retour devant leurs partisans

Les Alouettes accueillent les Tiger-Cats de Hamilton vendredi soir

SPO-FOOTBALL-ALOUETTES-STAMPEDERS
Photo courtoisie, Calgary sports Mario Alford avait tenté une percée en zone des Stampeders, vendredi dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Après 656 jours, les Alouettes retrouvent leurs partisans vendredi soir au stade Percival-Molson. Pour l’occasion, ils affrontent les Tiger-Cats de Hamilton. 

• À lire aussi: Un sentiment de fierté

Selon les dernières prévisions, on s’attend à une foule entre 12 000 et 13 000 spectateurs pour ce premier match local depuis novembre 2019. Les Alouettes pouvaient accueillir jusqu’à 15 000 amateurs, mais la distanciation sociale entre les partisans a empêché l’atteinte de cet objectif. 

Il y aura de l’électricité dans l’air. Les joueurs auront un beau défi dans les premières minutes du match. Ils devront être en mesure de canaliser leurs émotions afin d’éviter les mauvaises punitions. 

Un aspect qui a fait défaut lors du dernier match à Calgary. 

« On en a beaucoup discuté avec nos joueurs lors de la dernière semaine, a souligné l’entraîneur-chef Khari Jones. Lors de notre défaite contre les Stampeders, nous avons perdu notre sang-froid et il faudra faire mieux dans cette facette.

« C’est excitant de disputer un premier match devant nos partisans. J’aime jouer à domicile. Il y a tellement une belle atmosphère quand les partisans se rangent derrière nous. Les recrues et les vétérans ont hâte à ce moment. »

Le même Vernon

Après avoir livré sa pire performance comme partant à Calgary vendredi dernier Vernon Adams jr a bien l’intention de se relever. Cependant, son entraîneur-chef ne veut pas qu’il se mette trop de pression sur les épaules. 

« Lors du dernier match, il a tenté d’être parfait et de trop en faire, a précisé Jones. Je m’attends au même Vernon que l’on connaît contre les Tiger-Cats. 

« On veut qu’il joue le style qui lui a apporté du succès. C’est tout ce [dont] on a besoin de sa part. Il devra saisir les opportunités qui se présenteront à lui. »

Un quart différent

Pour la deuxième semaine consécutive, les Alouettes affronteront une formation qui est toujours à la recherche de sa première victoire de la saison. 

De plus, à l’instar des Stampeders de Calgary, les Tiger-Cats n’enverront pas leur quart habituel dans la mêlée. Ce sera Dane Evans qui amorcera la rencontre comme partant. 

« Ça ne change rien dans notre préparation, a indiqué Jones. Evans est un quart solide et on l’a déjà affronté dans le passé. Il y a des quarts de qualité dans toutes les équipes de la LCF. On l’a vu avec les Stampeders la semaine dernière alors qu’ils avaient un quart qui a assez bien joué pour les faire gagner.

« On se prépare pour la meilleure version de Dane Evans. On ne le prend pas à la légère. »

Les Tiger-Cats, finalistes de la Coupe Grey en 2019, en arrachent depuis le début de la saison. Leur attaque n’a produit que 14 points lors des deux premières rencontres. 

« C’est difficile d’expliquer leur faible rendement offensif, a mentionné Jones. On n’en a pas tenu compte lors de notre préparation. On s’attend à affronter une équipe de qualité qui sera animée par un sentiment d’urgence. »


Le nom du demi défensif Wesley Sutton a été placé sur la liste des blessés pour six rencontres, jeudi. Il a subi une intervention chirurgicale à un pouce pour réparer une fracture. Il sera remplacé par Rodney Randle jr.


Tony Washington sera à son poste de bloqueur. Les Alouettes ont un plan B s’il n’est pas en mesure de terminer la rencontre. David Brown et David Foucault ont déjà évolué à cette position au fil des saisons.

Sous la loupe 

1. Adams jr doit se relever

SPO-FOOTBALL-ALOUETTES-STAMPEDERS
Photo courtoisie, Edmonton Elks

À Calgary, Vernon Adams jr a connu son pire départ depuis qu’il est le quart partant des Alouettes. Il voudra effacer cette contre-performance. Étant donné qu’il n’est pas un passeur pur, il devra compter sur une contribution accrue du porteur de ballon William Stanback. L’équilibre entre l’attaque aérienne et terrestre est la clé pour cette formation. 

2. Encore la pression

Après avoir signé une bonne performance à Edmonton, la ligne défensive des Alouettes n’a pas connu un match à la hauteur des attentes en Alberta. Elle tentera de faire amende honorable vendredi soir en mettant de la pression sur le quart adverse. On ne le dira jamais assez, mais cette facette est cruciale dans un football à trois essais. 

3. Le retour de Levels

SPO-FOOTBALL-ALOUETTES-STAMPEDERS
Photo Chantal Poirier

L’absence de Patrick Levels s’est fait sentir chez les Alouettes. Il est un secondeur rapide, intense et efficace. Il représente exactement l’identité que le coordonnateur défensif Barron Miles veut donner à son unité. Levels est un vrai dans tous les sens et il pourrait être l’étincelle des Alouettes dans cette rencontre. 

4. La discipline au menu

Ce fut le sujet de la semaine chez les Alouettes. C’est la raison principale de leur défaite à Calgary. Les Montréalais devront trouver un moyen de jouer avec intensité sans écoper de punitions stupides. C’est ce qui a permis aux Stampeders d’obtenir un second souffle la semaine dernière. Les Alouettes ne doivent pas répéter la même erreur devant leurs partisans.

5. L’impact de la foule

Même si le Stade Pervical-Molson ne sera pas rempli au maximum de sa capacité, on peut s’attendre à une atmosphère électrisante. Les partisans des Alouettes se sont ennuyés de leurs favoris et ils vont le démontrer. Du côté des joueurs, ce sera une grosse dose d’énergie particulièrement pour les Québécois qui joueront devant leur famille et leurs amis.