/news/currentevents
Navigation

Un policier est arrêté une quatrième fois

Accusé d’agression, il brise encore ses conditions

<strong>Pierre Boies</strong><br><em>Accusé</em>
Photo d’archives, Sûreté du Québec Pierre Boies
Accusé

Coup d'oeil sur cet article

Un policier de la Sûreté du Québec, qui est déjà accusé d’agression sexuelle sur un mineur, a été arrêté pour une quatrième fois en moins de deux ans jeudi, cette fois pour non-respect de conditions, en plus de faire face à de nouvelles accusations.

• À lire aussi: Un policier est de nouveau arrêté

• À lire aussi: Agression sexuelle: un policier de la SQ arrêté pour la deuxième fois

Pierre Boies, 57 ans, a été arrêté jeudi dans les Laurentides, avant de comparaître au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Il s’agit de la deuxième fois que le policier se fait épingler pour non-respect de ses conditions de libération.

Encore

Boies ne pouvait pas être en possession d’un cellulaire ou autre appareil. Les autorités l’ont ramené devant un juge pour avoir brisé cette condition entre le 20 janvier et le 13 avril, soit deux semaines après ses premiers non-respects de conditions. 

Des chefs d’accusation de supercherie, fraude d’identité, entrave et utilisation frauduleuse d’un ordinateur se sont aussi ajoutés.

Boies a été suspendu par la Sûreté du Québec en décembre 2019, après une première arrestation. Il a ensuite été arrêté une deuxième fois en novembre dernier.

Au ski

Il a alors été accusé d’agression sexuelle, contacts sexuels sur un mineur de moins de 16 ans, possession de porno juvénile et leurre sur plusieurs victimes, entre juin 2019 et octobre 2020.

Jeudi, Boies a aussi été accusé en lien avec des éléments qui ont été révélés lors de son enquête sur remise en liberté, en janvier. Il avait été arrêté entre autres pour avoir revu l’une de ses victimes à la station de Ski Bromont.

Durant cette rencontre, Boies aurait dupé la station avec une carte d’accès qui ne lui appartenait pas, en plus d’entraver la justice en demandant à sa victime d’effacer leurs textos et de mentir aux policiers.

Il se serait aussi fait passer pour une autre personne, le 16 décembre 2019. 


Pierre Boies devrait subir son enquête sur remise en liberté mardi prochain.