/news/elections
Navigation

Le Bloc demande un investissement de 120 millions $ pour l’aluminium propre du Québec

Le Bloc demande un investissement de 120 millions $ pour l’aluminium propre du Québec
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Bloc québécois a réclamé vendredi la création d’un fonds de 120 millions $ dédié à la transformation de l’aluminium au Québec. 

• À lire aussi: Blanchet tourne le dos à ses alliés sur le troisième lien

• À lire aussi: Prestations d’assurance-emploi: les conservateurs surenchérissent avec 52 semaines offertes

«Cet investissement accentuera le développement de la deuxième et troisième transformation ainsi que l’innovation technologique verte chez nous, à partir de nos entreprises, notre recherche et notre énergie propre», a déclaré Yves-François Blanchet en déplacement à Saguenay, en matinée.

  • Écoutez le tour des actualités de Mario Dumont et Vincent Dessureault sur QUB radio :

La mise en place d’un tel financement permettrait également de réduire la dépendance de la province «à l’exportation et aux aléas du libre-échange» et de soutenir une diversification des emplois dans ce secteur, selon le parti.

Sur les 120 millions $ proposés dans ce fonds, près de 60 millions $ viendraient «de la part du Québec des contre-tarifs perçus par Ottawa sur les produits américains de l’aluminium en 2018-2019», a indiqué le Bloc québécois.

Les retombées économiques potentielles de cet investissement ont été estimées à 900 millions $, d’après le parti de M. Blanchet.

Un nouveau plan pour l’hydrogène vert

À son deuxième point de presse de la journée, le chef bloquiste a cette fois-ci demandé à Ottawa de mettre fin à la Stratégie canadienne pour l’hydrogène, qu’il considère comme un «programme faussement écologique profitant à l’industrie des sables bitumineux».

Il a alors proposé de soutenir le développement de l’hydrogène vert au Québec, un projet qui a d’ailleurs déjà été lancé par Hydro-Québec avec la construction d’une usine d’électrolyse à Varennes, en Montérégie.

«L’avenir est dans l’hydrogène vert carboneutre du Québec», a soutenu M. Blanchet.