/finance/business
Navigation

Legault croit qu’il est raisonnable de congédier un non-vacciné

Les propos du premier ministre sont dénoncés par les principales centrales syndicales

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le premier ministre québécois, François Legault, a tenu une conférence de presse concernant l’élection fédérale, hier, à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il dit laisser toute la latitude aux employeurs sur les questions de vaccination, le premier ministre François Legault croit que dans certains cas il est raisonnable de congédier un employé qui ne serait pas vacciné. 

• À lire aussi: Vaccination obligatoire: 60 000 employés de la santé non vaccinés devront se faire vacciner

• À lire aussi: Vaccination du personnel soignant: fini la persuasion, c’est l’heure de l'obligation

• À lire aussi: COVID-19: «Plus le temps avance, plus le temps presse»

M. Legault a fait cette déclaration étonnante lors d’un point de presse où il a détaillé ses demandes aux chefs dans le cadre de l’élection fédérale.

« Je pense que le point important, c’est que si on décide de congédier un employé, il faut se demander si c’est raisonnable ou non. Donc, ça doit être étudié au cas par cas », a-t-il d’abord affirmé en anglais. 

Puis, à la question d’une reporter qui lui demandait s’il serait raisonnable de congédier un employé non vacciné, M. Legault a répondu par l’affirmative, en haussant les épaules. 

« Ça n’a pas de bon sens », dit la FTQ

Des propos qui ont fait sursauter le président de la FTQ, Daniel Boyer, qui aurait souhaité être entendu lors de la commission parlementaire sur la vaccination obligatoire. 

« On n’est pas d’accord. [...] Avant de congédier, est-ce que l’employeur a tenté de trouver une solution dans le but de réassigner l’employé, d’aménager le milieu de travail, d’organiser l’horaire ? C’est facile de venir dire, la solution la plus simple, c’est d’obliger la vaccination et si tu ne veux pas, je te mets dehors ! Mais ça n’a pas de bon sens », s’est-il indigné.

Selon M. Boyer, les directives quant à la vaccination obligatoire devraient venir des autorités en santé publique. 

  • Écoutez la chronique d'Olivier Bourque au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio:

« La déclaration de ton état de santé, c’est quelque chose qui est prévu à la Charte des droits et libertés. Donc c’est un droit individuel. [...] C’est comme si on demandait : tous ceux qui sont atteints du SIDA, vous devez le déclarer demain matin. Ça ne marcherait pas. C’est la même affaire pour la COVID », a-t-il illustré. 

Même son de cloche du côté de la CSN qui constate que M. Legault est en train « de sous-traiter la gestion de la vaccination aux employeurs ». 

Un ancien comptable

« C’est là qu’on voit que M. Legault, c’est un ancien comptable, pas un ancien avocat. Le congédiement dans le droit du travail, c’est très encadré. Il faut comprendre que c’est la sentence ultime », a souligné la présidente, Caroline Senneville.  

Selon Katherine Poirier, avocate associée chez BLG, le refus de vaccination ne peut être un motif de congédiement. 

« Est-ce qu’on peut congédier automatiquement un employé qui refuse de se faire vacciner ? La réponse est non, car il y a trop de nuances. Il faut regarder les motifs derrière le refus. Et c’est quelque chose qu’on ajoute au contrat de travail du salarié », affirme-t-elle.