/sports/football/alouettes
Navigation

Les partisans des Alouettes heureux

Les partisans des Alouettes heureux
Photo Agence QMI, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Pour la grande majorité des amateurs rencontrés aux alentours du Stade Percival-Molson, il n’était pas question de rater le premier match des Alouettes de Montréal en près de deux ans d’absence. 

Vendredi soir, les «Als» renouaient avec leurs partisans pour la première fois depuis le 10 novembre 2019.

Les partisans des Alouettes heureux
Martin Chevalier / JdeM

Vêtus de leur gilet personnalisé des «Moineaux», Nancy L’Italien et son conjoint, Roberto Deschênes, ont fait la route de Rimouski pour vivre l’événement en compagnie de plus de 12 500 autres fanatiques de football de la Ligue canadienne.

«Nous aurions pu choisir de venir à un autre match, mais nous voulions vraiment y être pour le retour de notre équipe», a clamé Mme L’Italien.

«C’est un événement et un party», a renchéri M. Deschênes.

«On retrouve un peu la famille des Alouettes, a aussi dit la femme. C’est super de voir tout le monde avec les chandails de leur équipe. Les gens se saluent et les sourires sont au rendez-vous.»

Presque comme «un retour à la normale»

Les partisans des Alouettes heureux
Martin Chevalier / JdeM

L’ambiance était vraiment à la fête et les partisans étaient émotifs quelques instants avant le botté d’envoi du match contre les Tiger-Cats de Hamilton.

«C’est comme un gros pincement au cœur et un vent d’air frais, a affirmé Denis Brunelle, qui était accompagné de son frère Yves pour l’occasion. Nous sommes de fiers partisans depuis longtemps et nous avons nos billets de saison depuis 13 ans. Nous sommes tellement heureux de revenir au stade.»

De son côté, Dilara Kara était sur le point d’assister à son premier match de football professionnel dans la métropole québécoise. Elle avait aussi l’impression de mettre derrière elle les contraintes occasionnées par la pandémie dans les 17 derniers mois.

«Même s’il s’agit seulement de mon premier match des Alouettes, je suis vraiment excitée d’être ici, a dit celle qui était accompagnée de son conjoint et de trois amis. D’être dans le même endroit que tellement de personnes en même temps pour la première fois en près de deux ans, c’est spécial et excitant. On dirait presque que nous sommes revenus à la normale.»

Un produit local apprécié

Les amateurs n'avaient que de bons mots à dire sur les nombreux changements qu’a apportés le directeur général Danny Maciocia. Lorsqu’il a été embauché en janvier 2020, ce dernier avait promis que son équipe compterait plus de Québécois dans ses rangs. Le DG a tenu promesse, car il y avait 13 athlètes originaires de la Belle Province en uniforme contre les Tiger-Cats.

«Ça nous fait chaud au cœur de voir autant de petits gars de chez nous sur le terrain», a exprimé M. Deschênes.

«Nous avons été déçus du Canadien [de Montréal] avec le nombre de Québécois dans les dernières années. Mais avec les Alouettes, nous sommes très satisfaits», a ajouté sa conjointe.

En plus des Québécois, le retour du quart-arrière Vernon Adams fils fait également le bonheur des partisans.

«C’est vraiment cool d’avoir autant de Québécois dans l’équipe. On a aussi un bon quart-arrière avec Vernon Adams. C’est le meilleur depuis Anthony Calvillo. J’ai l’impression qu’ils [les Alouettes] vont se rendre loin cette année», a avancé Alexandre Coursier, qui s’était rendu au stade avec sa petite famille pour encourager son équipe de football.