/news/elections
Navigation

Prestations d’assurance-emploi: les conservateurs surenchérissent avec 52 semaines offertes

Prestations d’assurance-emploi: les conservateurs surenchérissent avec 52 semaines offertes
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les conservateurs ont proposé vendredi de faire passer les prestations de maladie de l’assurance-emploi de 26 à 52 semaines pour les travailleurs gravement malades. 

• À lire aussi: Blanchet tourne le dos à ses alliés sur le troisième lien

• À lire aussi: Plus de cotisations pour les travailleurs autonomes, promet O’Toole

«Trop souvent, les travailleurs voient leur assurance-emploi s’épuiser après 26 semaines alors qu’ils luttent contre des maladies potentiellement mortelles, comme le cancer. Les travailleurs canadiens et leurs familles méritent mieux», a déclaré Erin O’Toole, qui était en déplacement à Corner Brook, à Terre-Neuve-et-Labrador.

  • Écoutez le tour des actualités de Mario Dumont et Vincent Dessureault sur QUB radio :

Cette promesse avait déjà été dévoilée dans le «Plan de rétablissement du Canada», où le Parti conservateur du Canada a statué que «la limite actuelle de 15 semaines n’est pas suffisante pour les gens qui suivent un traitement pour une maladie grave comme le cancer».

Les conservateurs ne sont toutefois pas les seuls à avoir pris position sur ce dossier, l’augmentation du nombre de semaines de prestations de maladie de l’assurance-emploi étant également défendue par le Bloc Québécois et le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet était d’ailleurs revenu mercredi sur son projet de loi «Émilie Sansfaçon», déposé en février dernier, où il réclame 50 semaines de prestations pour les Canadiens avec une maladie grave.

Les néodémocrates ont aussi demandé à deux reprises au cours des derniers mois d’augmenter la prestation de maladie à 50 semaines.

Les partis d’opposition ont ainsi unanimement jugé que les 26 semaines proposées pendant le mandat de Justin Trudeau sont encore insuffisantes.