/weekend
Navigation

Le psy‐guide des grands-parents: renforcer les liens et soutenir

Suzanne Vallières
Photo courtoisie, François Couture Suzanne Vallières et Gabrielle Vallières-Lavoie

Coup d'oeil sur cet article

Dans ce deuxième ouvrage mère-fille écrit en tandem, Le psy‐guide des grands-parents, la psychologue Suzanne Vallières et sa fille, Gabrielle, docteure en neuropsychologie clinique, fournissent des clefs pour que les relations intergénérationnelles soient positives et bénéfiques pour tous. Pour elles, trois mots sont au cœur de l’épanouissement : amour, soutien et complicité.

Les grands-parents occupent aujourd’hui une place de plus en plus importante dans les familles. Ils soutiennent leurs enfants et entretiennent des liens plus étroits avec leurs petits-enfants, en s’impliquant dans le quotidien. 

<b><i>Le psy-guide des grands-parents</i></b><br/>
Suzanne Vallières et Gabrielle Vallières-Lavoie<br/>
Les Éditions de l’Homme<br/>
160 pages<br/>
En librairie le 1<sup>er</sup> septembre
Photo courtoisie
Le psy-guide des grands-parents
Suzanne Vallières et Gabrielle Vallières-Lavoie
Les Éditions de l’Homme
160 pages
En librairie le 1er septembre

Suzanne Vallières et Gabrielle Vallières-Lavoie rappellent qu’il peut être difficile de bien jouer son rôle, sans outrepasser certaines limites, dans ce guide pratique. 

Jusqu’où peut-on aller dans l’application de la discipline ? Comment exprimer son désaccord ? Comment préserver l’harmonie ? Elles fournissent des clefs et des conseils pratiques, utiles tant pour les parents que pour les grands-parents.

Cet ouvrage arrive à point, après la période difficile qu’on a traversée, collectivement. « Les gens ont très hâte de se revoir. Je pense que les petits-enfants ont autant hâte de voir leurs grands--parents que l’inverse », observe Suzanne Vallières, en entrevue. « Souvent, ce sont des ressources. Les grands-parents ne font pas les mêmes activités que les parents. Ils ont plus le temps, et je pense que ça a beaucoup manqué. »

Au sein de sa clientèle, en clinique, elle a pu remarquer cela. « Ils me disent à quel point ils ont hâte de revoir leurs grands-parents et comment ils ont trouvé ça difficile. Les périodes de Noël, par exemple, où ils n’ont pas pu se voir, ont été particulièrement difficiles. Les traditions sont des marqueurs de temps, et on attend ça souvent toute l’année. Cette année, on a sauté cela, et le contact a beaucoup manqué à tout le monde. »

Recréer les liens

Sera-t-il difficile de reconnecter, de recréer les liens, après les nombreux confinements et les interdictions de visites ? « Habituellement, non. Je pense que les personnes qui seront les plus pénalisées, ce sont celles chez qui un enfant est né dans cette période-là, qui n’ont pas eu la chance de créer ce lien dans la première année de vie de l’enfant. Ils voient l’enfant, douze mois, et l’enfant pleure et ne veut pas aller les voir parce qu’il ne les connaît pas et c’est complètement des étrangers pour le bébé. Je pense que ce sera plus difficile pour ces grands-parents de reprendre le lien, surtout pour ceux qui sont à l’extérieur. »

Par contre, pour les petits-enfants qui avaient déjà une relation de compli-cité avec leurs grands-parents, il n’y a aucune inquiétude à avoir, ajoute-t-elle. « C’est comme un ami d’enfance que tu n’as pas vu depuis longtemps : quand tu le revois, c’est comme si c’était hier. La majorité des grands-parents qui avaient une bonne complicité avec leurs petits-enfants ont continué à se voir, ou du moins à se téléphoner pour garder ce lien qui est précieux. Ce lien, souvent, est nécessaire dans le développement de l’enfant. »

Un livre écrit à deux

Suzanne Vallières et sa fille, Gabrielle, avaient ce livre en tête depuis la sortie de leur livre Le burn-out parental. Puis, Gabrielle a donné naissance à une belle petite fille. « Je suis devenue mamie, en pandémie », dit Suzanne.  


♦ Suzanne Vallières est psychologue et travaille dans le domaine des médias depuis 1996.

♦ Elle œuvre depuis plus de 20 ans auprès des jeunes en tant que formatrice spécialisée, psychothérapeute et conférencière.

♦ Elle est mère de trois enfants et autrice de la collection à succès Les psy-guides, traduite en six langues.


♦ Gabrielle Vallières-Lavoie est docteure en neuropsychologie clinique et se spécialiste auprès de la clientèle pédiatrique.

♦ Elle travaille avec les familles d’enfants présentant des difficultés de comportement et d’apprentissage.