/sports/fighting
Navigation

Adonis Stevenson ébranlé

Coup d'oeil sur cet article

Adonis Stevenson a de vagues souvenirs de sa soirée du 1er décembre 2018 où il a failli laisser sa peau dans le ring du Centre Vidéotron. Samedi soir, à l’occasion de sa première apparition dans un gala de boxe depuis son accident, il a été secoué en voyant ce qui arrivait à Jeanette Zacarias Zapata.

• À lire aussi: «C’est la dernière chose dont la boxe avait besoin» –Marie-Ève Dicaire

• À lire aussi: Boxeuse à l'hôpital: Zapata dans un état «critique, mais stable»

• À lire aussi: Une boxeuse entre la vie et la mort

« Je me suis senti ébranlé. L’équipe médicale était là. Ça, ça a aidé énormément. Moi, il n’y en avait pas d’équipe médicale parce que c’était dans la douche », a expliqué l’ancien champion du monde lors de son passage au réseau LCN, hier. 

Aucune anomalie

Les cas de Zapata et de Stevenson ont certaines similitudes. Avant leur dernier combat, les scans de leurs cerveaux n’avaient révélé aucune anomalie. 

Puis, lors de leur transport vers l’hôpital, ils sont tombés inconscients dans l’ambulance. À leur arrivée au centre hospitalier, les pronostics n’étaient pas bons et les médecins avaient bien peur qu’ils ne passent pas la nuit. 

Grâce à un miracle, Stevenson a survécu à cet accident. Cependant, il a conservé des séquelles permanentes de son combat contre Oleksandr Gvozdyk. 

Les risques du métier

Les boxeurs pensent souvent qu’ils sont invincibles et que les accidents comme ceux de Zapata ne peuvent pas leur arriver. 

« On est conscients des risques, mais on pense toujours que ça ne va jamais nous arriver, a souligné Jean Pascal. Malheureusement, ça peut nous arriver aussi.

« Ce n’est jamais plaisant de voir un collègue sur une civière. J’étais vraiment attristé d’être témoin d’une telle scène. C’était une belle soirée de célébrations pour Kim, mais elles ont été assombries par cet événement.  

« De voir une collègue entre la vie et la mort, c’est triste pour la communauté de la boxe. On va lui envoyer toutes nos prières pour qu’elle se rétablisse le plus vite possible. »

Pas pour tuer

Pascal peut très bien se mettre dans les bottines de Marie-Pier Houle. Lors de ses premiers combats en carrière, l’ancien champion du monde avait aussi envoyé un adversaire à l’hôpital.

« Il était tombé dans le coma, mais heureusement il s’en est remis. Il n’a pas boxé de nouveau par la suite. Quand ça t’arrive, il y a plein de choses qui te passent par la tête. Tu veux lâcher.  

« Tu ne fais pas le sport pour tuer des gens. Tu le fais pour avoir du plaisir et gagner ta vie. »