/sports/racing
Navigation

F1: Verstappen vainqueur d’un simulacre de Grand Prix sous le déluge en Belgique

F1: Verstappen vainqueur d’un simulacre de Grand Prix sous le déluge en Belgique
AFP

Coup d'oeil sur cet article

SPA-FRANCORCHAMPS | Max Verstappen (Red Bull) a remporté le Grand Prix de Belgique de Formule 1, commencé avec plus de trois heures de retard et limité à seulement deux tours derrière la voiture de sécurité, à cause de la pluie incessante sur le circuit de Spa-Francorchamps. 

L’hymne néerlandais a retenti, Verstappen a levé la coupe et aspergé de vin mousseux George Russell (Williams), inhabituel 2e, et Lewis Hamilton (Mercedes), 3e et toujours leader du championnat.

F1: Verstappen vainqueur d’un simulacre de Grand Prix sous le déluge en Belgique
AFP

Pourtant, il n’y a pas eu course.

Le déluge qui s’est abattu sans discontinuer depuis le début de la journée n’a pas conduit à l’annulation du Grand Prix, mais c’est sans doute le sentiment ressenti par les milliers de spectateurs venus dans les tribunes pour voir seulement deux tours derrière la voiture de sécurité.

D’abord repoussé à 15h25, le départ a ensuite été décalé à 18h17, avant que la course ne soit à nouveau interrompue puis définitivement arrêtée.

F1: Verstappen vainqueur d’un simulacre de Grand Prix sous le déluge en Belgique
AFP

Or, selon le règlement, deux tours doivent être effectués, au minimum, pour que des points puissent être attribués. Ensuite, si le leader effectue moins de 75% de la distance initialement prévue (44 tours de sept kilomètres), la moitié des points seulement est distribuée.

Deuxième du championnat, Verstappen, en position de tête, empoche ainsi 12,5 points, George Russell (Williams), qualifié 2e après un coup de maître en qualifications samedi, prend 9 points et Hamilton récolte 7,5 points.

F1: Verstappen vainqueur d’un simulacre de Grand Prix sous le déluge en Belgique
AFP

Hamilton, qui comptait huit points de plus que Verstappen avant cette manche, préserve cinq longueurs d’avance sur son rival néerlandais après ce Grand Prix fantôme et avant la 13e manche, dès dimanche prochain, aux Pays-Bas.

«L’argent a parlé»

«J’espère que les admirateurs seront remboursés», a réagi Hamilton, selon qui «l’argent a parlé, tout est un scénario d’argent».

«Je suis un peu confus. Pourquoi avoir relancé la course alors que, pendant la pause, la météo ne s’est pas améliorée?», a-t-il poursuivi.

Interrogés sur un éventuel intérêt commercial ayant poussé à ce choix, le président de la F1, Stefano Domenicali, et le directeur de course, Michael Masi, ont réfuté. Domenicali a dit que la F1 allait réfléchir à un geste envers les spectateurs.

Sur la grille de départ à 15h, les pilotes ont été informés d’une première décision de décaler le Grand Prix. À 15h25, ils ont ensuite démarré pour deux tours de formation. Mais les conditions étaient trop pluvieuses pour pouvoir donner le départ réel.

Tous les pilotes sont rentrés dans la voie des stands et sont sortis de leurs monoplaces pour patienter au chaud. Ils étaient encore dans leurs garages à 18h, avant que le départ derrière la voiture de sécurité ne soit donné.

Normalement, la course devait avoir lieu dans une fenêtre de trois heures à compter du départ prévu initialement (15h), soit jusqu’à 18h. Mais la direction de course a annoncé à 17h que cette procédure de course était suspendue, à cause du cas de «force majeure» que présente la météo, afin de préserver une heure de course potentielle.

Mais rapidement, lors des deux tours sous régime de voiture de sécurité, il est apparu qu’il était impossible de rouler. Tout le monde est rentré aux stands.

Dès leur tour de formation à 15h25, les pilotes semblaient tous d’accord pour dire que la visibilité était extrêmement mauvaise. Seul Verstappen, en première position, était partisan de rouler.

«C’est assez horrible, je n’arrive quasiment pas à voir la monoplace devant moi et il y a de l’“aquaplanage”», a, par exemple, expliqué Lando Norris (McLaren).

Frites et pétanque

Sur le circuit belge très exigeant, le temps pluvieux avait provoqué l’accident de Norris, samedi, pendant les qualifications. Dimanche, c’est Sergio Pérez (Red Bull) qui est sorti de piste, alors qu’il effectuait le tour pour se positionner sur la grille de départ. Il aurait dû abandonner, mais le retard a permis à son écurie de réparer les dégâts pour qu’il participe.

À défaut d’une course, les images de télévision ont filmé tout l’après-midi les spectateurs présents dans les tribunes, sous le rideau de pluie qui s’abat sur les Ardennes belges depuis le début de la journée et du week-end.

Les admirateurs, se réconfortant avec hot dogs et frites belges, et les pilotes, essayant de rester concentrés avec divers exercices, patientaient tant bien que mal. Certains stewards en profitaient, pour leur part, pour faire une partie de pétanque sur les graviers autour de la piste... le seul sport aperçu, ce dimanche, au circuit de Spa-Francorchamps.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.