/sports/racing
Navigation

Grand Prix de Belgique: le comble du ridicule

Des pilotes de Formule 1 en colère... non sans raison

TOPSHOT-AUTO-PRIX-F1-BEL-RACE
Photo AFP La pluie a tout compliqué au GP de Belgique, dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

On ne joue pas avec la sécurité des pilotes, surtout pas sur un circuit aussi dangereux que celui de Spa-Francorchamps, mais pourquoi avoir déclaré officiel un Grand Prix de Belgique qui n’a duré que deux tours derrière la voiture de sécurité, et surtout pourquoi avoir attribué des points au championnat du monde ?

• À lire aussi: F1: Verstappen vainqueur d’un simulacre de Grand Prix sous le déluge en Belgique

La Formule 1 a raté sa rentrée après la pause estivale de quatre semaines. Fiasco, farce, parodie... en fait, utilisez tous les mots pour décrire cette journée absurde qui a marqué l’histoire. Max Verstappen a remporté le Grand Prix le plus court de l’histoire de la F1.

TOPSHOT-AUTO-PRIX-F1-BEL-RACE
AFP

En raison de la pluie, le départ a été retardé de plus de trois heures, puis relancé pour deux petits tours sans possibilité de doubler.

Alonso contrarié

Si, après cette « non-course », la plupart des pilotes ont reconnu que c’était la bonne décision à prendre de ne pas relâcher les monoplaces en raison de la très mauvaise visibilité, ils ont été très critiques envers les dirigeants de la F1 qui ont choisi de distribuer des points aux dix premiers, même si l’assiette a été divisée en deux.

Ce n’est en effet que la moitié des points qui ont été accordés. Le vainqueur récolte donc 12,5 points.

TOPSHOT-AUTO-PRIX-F1-BEL-RACE
AFP

« C’est triste d’attribuer des points dans un contexte où il n’y a pas eu de course, a déclaré le vétéran Fernando Alonso, visiblement contrarié. C’est une situation surréaliste qui n’a pas sa place en F1. 

« On se bat pour gagner des positions, a renchéri l’Espagnol sur les ondes de Canal +. Les points sont précieux et ils ont été donnés gratuitement. »

Alonso, vous allez dire, est celui qui écope le plus de cette mesure puisqu’il a terminé 11e, soit le premier rang exclu des points. Mais d’autres pilotes, comme lui champions du monde, ont aussi décrié la situation.

« C’est une blague, a décrié Sebastian Vettel au réseau britannique Sky Sports. Aucun règlement ne prévoit la récolte de points pour les qualifications. Qu’avons-nous fait pour inscrire des points ? » s’est questionné celui dont le nom figure au cinquième rang du classement final.

Hamilton en rajoute

Lewis Hamilton, lui, n’a pas été plus tendre : « J’espère que les amateurs seront remboursés. Ils le méritent. Cette course n’aurait jamais dû être relancée en sachant bien que les conditions n’allaient pas s’améliorer. »

TOPSHOT-AUTO-PRIX-F1-BEL-RACE
AFP

Le Britannique a accédé à la 3e marche du podium, mais son avance aux dépens de Verstappen en tête du championnat des pilotes a fondu de huit à trois points.

La F1 a toujours été considérée comme le summum de la course automobile et comme un symbole de la démesure. Mais cette définition peut s’appliquer dans les deux sens. On avouera, sans se tromper, que la limite du ridicule a été dépassée.

Ce qu’il faut retenir 

Le meilleur tour à Mazepin !

La F1 accorde un point à celui qui inscrit le meilleur tour en course. Or, cet honneur est revenu, au Grand Prix de Belgique, à un certain Nikita Mazepin, considéré comme le pire pilote du plateau. Le Russe a réalisé le tour le plus rapide derrière la voiture de sécurité, faut-il spécifier. Or, le point (ou plutôt le demi-point en raison de l’épreuve écourtée) ne sera pas porté à son dossier puisque le règlement stipule que cette récompense est accordée si le bénéficiaire termine parmi les 10 premiers. Mazepin s’est classé au 17e rang. Ouf...


Stroll pénalisé et bon... dernier

Lance Stroll a été forcé de s’élancer de la zone des puits de ravitaillement après la longue interruption de plus de trois heures, puisque son écurie, Aston Martin, a procédé au remplacement de son aileron arrière. Mais, comme toutes les monoplaces ont quitté depuis ladite zone des puits, cette sanction n’avait aucune signification. C’est donc une pénalité de 10 secondes qui s’ajoute à sa fiche. Le pilote montréalais termine donc au 20e et dernier rang.  


Et maintenant Zandvoort !

La F1 n’y a pas couru depuis 1985, mais elle va célébrer ses retrouvailles, qui ont été reportées l’an dernier en raison de la pandémie, dès le week-end prochain. La prochaine étape du championnat du monde sera disputée au mythique circuit de Zandvoort, sur les terres d’un certain Max Verstappen.