/news/education
Navigation

Le masque à l'école: un moindre mal?

Coup d'oeil sur cet article

La rentrée scolaire s’est amorcée au cours des derniers jours dans la province. Ce retour en classe coïncide malheureusement avec la quatrième vague de COVID-19 au Québec.

• À lire aussi: Rentrée scolaire: «Il va falloir qu’on apprenne à vivre avec le virus»

• À lire aussi: Rentrée scolaire: «Il était minuit moins une», selon Marwah Rizqy

C’est donc dans ce contexte que les élèves se sont vu imposer le port du masque.

Même si le nombre d’hospitalisations et de décès est nettement inférieur à celui des vagues précédentes, l’ensemble des experts anticipent que la hausse se poursuivra au cours des prochaines semaines.

«Le signal qu’on a depuis quelques semaines n’est pas très encourageant. C’est sûr que ça va aller en augmentant et on sait très bien qu’il y a plus de transmission quand on est à l’intérieur», a expliqué le Dr Olivier Drouin, pédiatre au CHU Sainte-Justine, en entrevue à LCN.

Le masque, un moindre mal

Le Dr Drouin, qui est aussi spécialiste des sciences comportementales, reconnaît que le port du masque entraîne des embûches à l’éducation pour de nombreux élèves.

Néanmoins, il maintient que cette mesure est souhaitable, puisqu’elle permet de garder les enfants à l’école. 

«L’apprentissage à distance, [...] ce n’est pas ce qu’il y a de mieux» affirme-t-il.

Olivier Drouin rappelle que l’enseignement par visioconférence lors de la dernière année scolaire s’est accompagné d’une hausse des problèmes de santé mentale chez les jeunes.

Il ajoute que si la quatrième vague s’essouffle au cours des prochains mois, il pourrait être envisageable de reculer au chapitre du port du masque à l’école.

À quand la vaccination pour les moins de 12 ans?

Le Dr Drouin est optimiste à l’idée que la vaccination puisse ramener un peu de normalité dans les établissements scolaires de la province.

Il s’attend à ce que les enfants de 5 à 11 ans puissent commencer à se faire vacciner d’ici les fêtes. Quant aux jeunes d’âge préscolaire, ils devront probablement attendre 2022 avant de recevoir le vaccin, estime le pédiatre.

 À VOIR AUSSI