/misc
Navigation

Pas si simple la vaccination obligatoire

Vaccination
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Si la dernière semaine nous a appris une chose, c’est que le vaccin obligatoire (le vrai, celui qui vient avec un congé sans solde ou un congédiement) est bien plus facile à faire miroiter qu’à mettre en œuvre.

Or, de Québec à Ottawa, nos politiciens n’y ont pas pensé avant.

Des hôpitaux aux écoles

Le débat sur la vaccination obligatoire nous plonge dans un no man’s land juridique. 

Jamais depuis l’avènement des chartes est-ce que l’opposition entre les droits individuels de dire non au vaccin, a eu d’aussi grandes conséquences sur les droits de la majorité, éviter des infections aux conséquences désastreuses.

Si les juristes s’entendent pour dire que dans le réseau de la santé, la vulnérabilité des patients pèse en faveur d’une vraie vaccination obligatoire du personnel, pour les autres sphères de l’État, c’est autre chose.

Si seulement le gouvernement Legault n’avait pas attendu à la 25e heure pour se pencher sur le problème, l’année scolaire débuterait plus sereinement. Il s’agit de voir comment un enseignant non vacciné en Californie a infecté 18 de ses élèves, 26 au total, pour comprendre que le risque est réel.

Des solutions, certes imparfaites, existent. De l’autre côté de la rivière, en Ontario, on prévoit déjà un dépistage des enseignants non vaccinés et des tests rapides à domicile pour les élèves dans les secteurs à haut risque. 

Or au Québec, il semble qu’encore une fois, on va attendre que ça dégénère avant d’agir.

Entre promesses et réalité

Sur la scène fédérale, il était prévisible que les libéraux tenteraient de faire de la vaccination obligatoire un enjeu.

Or, voilà que leur vaccination obligatoire des fonctionnaires était la même politique que celle proposée par les conservateurs : vaccin ou dépistage.

Puis est venue la promesse d’un milliard de dollars pour financer le passeport vaccinal dans les provinces. Très bien. Mais allons-nous nous retrouver avec un passeport différent dans chaque province ? N’était-ce pas le rôle du fédéral de préparer le terrain pour éviter ce casse-tête tout au long de l’été ? Ah ! non, on préparait les élections.

Finalement, si Justin Trudeau ne peut se vanter que TOUS ses candidats sont pleinement vaccinés, les libéraux tentent de prêcher par l’exemple. 

C’est là que le bât blesse pour les conservateurs. Quand un parti politique aspire au pouvoir, il devrait au moins exiger de ses candidats qu’ils comprennent leur devoir d’exemplarité.

Finalement, la vaccination obligatoire fait couler beaucoup d’encre en cette fin d’été. Malheureusement, au-delà des slogans, la classe politique n’aura pas beaucoup contribué à éclaircir le débat.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.