/weekend
Navigation

Robert Charlebois: Réjean Ducharme était «le génie absolu»

Robert Charlebois
Photo courtoisie, Bruno Destombes Robert Charlebois a récemment tourné le spectacle pour son album Charlebois à Ducharme où il reprend des chansons écrites par Réjean Ducharme.

Coup d'oeil sur cet article

Robert Charlebois a eu l’occasion de côtoyer de grands artistes dans sa carrière, de Léo Ferré à Félix Leclerc et Gilles Vigneault, en passant par Sergio Leone. « Mais le génie absolu que j’ai rencontré, c’est lui », dit le musicien à propos du regretté Réjean Ducharme. Le Journal s’est entretenu avec Charlebois à quelques jours de la diffusion de la captation du concert Charlebois à Ducharme.

Robert Charlebois est l’un des très rares artistes à avoir pu travailler étroitement avec l’auteur extrêmement discret Réjean Ducharme. Au fil de leur carrière, les deux artistes ont collaboré sur une quarantaine de chansons.

« Quand je repense à ma carrière, là où j’ai eu le plus de fun, c’était mes années de création avec lui », dit-il avec un sourire dans la voix.

Au fil des années, le musicien s’est fait toujours un point d’honneur de respecter l’anonymat de son ami auteur. Il a fait une entorse à cette règle, il y a quelques jours, alors qu’il a enchaîné les entrevues avec les médias pour parler de Charlebois à Ducharme.

« J’ai toujours parlé de Réjean avec réserve et tact, dit-il. J’en ai parlé plus aujourd’hui que dans toute ma vie (rires) ! »

Critiques élogieuses

La captation du spectacle, qui sera diffusée à Télé-Québec le 3 septembre, fait suite à l’album du même nom, paru en surprise en juin dernier. Sur le disque, le chanteur avait repris 12 chansons écrites par Ducharme qui étaient parues sur différents albums il y a près de 40 ans. Le disque comprenait aussi l’inédite Arizona.

« J’ai eu des 5 étoiles dans Le Devoir et Le Journal de Montréal ! lance fièrement Charlebois. Ça ne m’était jamais arrivé de ma vie d’avoir des 5 étoiles. Je ne m’attendais pas à ça du tout en faisant cet album-là. »

C’est à l’hiver 2021 que Charlebois a travaillé sur cet album. Le disque a été réalisé par Gus van Go et Daniel Lacoste. Il réunit les fidèles musiciens de Charlebois : Lacoste, Dominique Lanoie, Steve Gagné et Vincent Réhel.

C’est ce même noyau qui s’est retrouvé pour capter le spectacle, sous la réalisation de Louis-Philippe Eno, dans une Place des Arts vide. Robert Charlebois raconte que c’est Claude Larivée, de son étiquette La Tribu, qui lui a lancé l’idée de cette captation.

« Il me disait qu’on pouvait faire une émission qui serait vraiment digne de Réjean, raconte Charlebois. Il y a aussi les comédiens Marie Tifo, Marcel Sabourin, Cynthia Wu-Maheux et Didier Lucien qui viennent lire des extraits. Parce que ce que j’ai fait avec Réjean, ce n’est pas le millième de son œuvre. Il y a eu les pièces de théâtre, les livres, les films. Il a fait des sculptures. Je te dis, c’était un génie absolu ! On parle d’un sur un million. Des grands talents, il y en a au Québec. Des Michel Tremblay, des Luc Plamondon. Mais là, on parle d’une autre planète, vraiment. »

En CharleboisScope

Pour l’instant, Robert Charlebois ne prévoit pas faire d’autres spectacles autour de l’œuvre de Réjean Ducharme. Les concerts prévus cet automne sont tous pour son projet Robert en CharleboisScope.

« C’est la COVID qui a l’horloge du showbiz, dit Charlebois. Ce n’est pas moi. Pour l’instant, c’est le Charlebois-Scope qui est dans l’air. On ne peut qu’aller dans les grandes salles avec ça. Mais peut-être qu’un jour, si j’ai envie de refaire des petites salles, c’est sûr qu’il y aura une grande place à Réjean. Parce que c’est trop beau et ç’a été trop bien reçu. »

Doublement vacciné, Robert Charlebois reconnaît qu’il est préoccupé par la quatrième vague et le variant Delta. 

« J’ai toujours dit que le public, c’est ce qu’il y a de plus important, mentionne l’artiste de 77 ans. En même temps, une Place des Arts avec quatre pieds de distance entre chaque personne, je ne peux pas imaginer ça. »

« Je ne voudrais jamais qu’il arrive une contamination à un de mes spectacles, ajoute-t-il. Je ne veux jamais que quelqu’un souffre en rapport à un show. Ça n’a pas de bon sens. Il n’y a pas une musique au monde qui vaut la peine que tu mettes ta santé en jeu. »


♦ Le spectacle Charlebois à Ducharme sera présenté le 3 septembre, à 21 h, sur les ondes de Télé-Québec. L’album du même nom est aussi sur le marché. Le spectacle Robert en CharleboisScope sera présenté les 1er et 2 octobre, à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, et du 2 au 4 décembre, à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, à Montréal. 

Sur le même sujet