/opinion/columnists
Navigation

Langue française : Gagner les cœurs et les esprits

Spectacle de la Saint-Jean
Photo d'archives Une foule agite des drapeaux du Québec lors d’un spectacle de la Saint-Jean-Baptiste.

Coup d'oeil sur cet article

« Non seulement il faut pouvoir parler une même langue, mais il faut aussi avoir des choses à se dire, avoir des références communes. » - Akos Verboczy 

Quoi qu’en disent les détracteurs de la promotion et de la défense du français au Québec, la maîtrise de notre langue commune demeure la clé principale pour une intégration réussie chez nous.

Du fait de leur méconnaissance de la langue française et de leur isolement culturel et linguistique au sein de leur communauté d’origine, bon nombre de nouveaux arrivants sont confrontés à des difficultés de communication, notamment dans le cadre de la recherche d’emploi, dans le réseau de la santé, dans différentes administrations, commerces ou transport... 

Bon an, mal an, les gouvernements québécois successifs ont mis en place différents programmes spécifiques pour répondre à l’enjeu de la francisation relatif à l’immigration. Ce sont des programmes qui, à l’évidence, n’ont pas toujours comblé les attentes en termes de maîtrise, de compréhension et de communication en français au quotidien. 

Le projet « Franco-Réseau » 

Voici donc un organisme de l’Estrie qui, avec originalité, apporte sa pierre à l’édification d’un Québec français.  

À l’occasion du 44e anniversaire de l’adoption de la loi 101, survenue le 26 août 1977, la Société nationale de l’Estrie (SNE), pilotée par Étienne-Alexis Boucher, vient tout récemment d’annoncer le lancement d’une nouvelle initiative de socialisation culturelle et festive, le projet « Franco-Réseau ». 

Réalisé grâce à la contribution financière du Mouvement Québec français (MQF) et la collaboration d’organismes et entreprises de l’Estrie, ce projet vise à faciliter l’intégration des jeunes et des familles issu(e)s de l’immigration à la communauté d’accueil par l’entremise d’activités de réseautage ouvertes à tous et à toutes. 

En effet, le réseautage arrimé à la langue et à la culture permettrait notamment aux nouveaux arrivants de sortir de leur isolement en toute décontraction et d’entrer en relation pour partager, échanger et rencontrer des personnes autres que celles de leur communauté d’appartenance, voire de trouver des opportunités ! 

Une approche pertinente 

Lors du lancement de ce projet la semaine dernière, le président de la SNE, Étienne-Alexis Boucher, a notamment déclaré que « l’intégration, ce n’est pas seulement d’apprendre à communiquer dans la langue d’une société, c’est aussi d’échanger avec celle-ci afin de découvrir quelle pierre peut être apportée à l’édifice ».

Le représentant du Mouvement Québec français, Parîs Psychogyios, a ajouté pour sa part que « ce projet avait pour but de faire découvrir la culture québécoise aux nouveaux arrivants, de leur donner l’opportunité d’améliorer leur français dans un environnement dynamique, détendu et festif, mais aussi d’enrichir la culture estrienne du fait de la participation de gens aux horizons divers et variés ». 

L’apport de ces expériences humaines et culturelles diversifiées contribuera grandement au tronc commun québécois. « Franco-Réseau » est une expérience qui devrait inspirer d’autres milieux et s’étendre à la grandeur du territoire...