/opinion/columnists
Navigation

Les talibans vont devoir se soumettre aux règles

Les talibans vont devoir se soumettre aux règles
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les médias américains ont pratiquement passé l’information sous silence, mais déjà talibans et soldats américains seraient tombés ensemble en combattant Daech. 

Selon la chaîne Al Jazeera, 28 talibans auraient été tués avec les 13 Américains en assurant la sécurité de l’aéroport de Kaboul. Des ententes secrètes, négociées à Doha l’année dernière, ont aussi fait que l’aviation américaine est déjà intervenue à plusieurs reprises en appui aux talibans contre l’État islamique.

Alors même que la guerre d’Afghanistan se terminait par une défaite humiliante pour les États-Unis, la vice-présidente, Kamala Harris, était accueillie avec tous les honneurs dus à son rang à Hanoï par les dirigeants vietnamiens qui avaient infligé un autre échec cinglant aux Américains. Les anciens ennemis vietnamiens sont maintenant les alliés de Washington contre la Chine.

La chute de Kaboul et l’« hubris » américain 

Vietnam, Afghanistan : ces deux guerres n’auraient jamais dû être menées. En Afghanistan, plutôt que de sacrifier plus de cent mille vies afghanes et américaines, et flamber des milliers de milliards de dollars pendant 20 ans, les Américains auraient dû se retirer après avoir chassé Ben Laden du pays. Ils l’ont tué au Pakistan. 

Obama promettait de se sortir de ce guêpier. Il a préféré écouter ses généraux et envoyer 30 000 militaires s’ajouter aux 80 000 déjà déployés en Afghanistan.

Évidemment c’est l’« hubris », l’orgueil arrogant des dirigeants américains, qui explique qu’ils se croient toujours les meilleurs : pour une partie importante de l’électorat, les États-Unis sont les instruments de la divine Providence. Biden réussira-t-il à leur inculquer de la modestie ? J’en doute. Même après Kaboul.

Plutôt que de vouloir y imposer par la force la démocratie à l’américaine, pourquoi diable ne pas avoir demandé aux Nations-Unies de s’occuper de la refondation des institutions afghanes ? C’est à ça que l’ONU devrait servir. Oui, je sais, son intervention en Haïti a été un désastre. Mais il aurait eu moins de pertes de vies humaines et moins de dilapidation d’argent.

L’Afghanistan au bord de l’abîme

Les talibans vont devoir demander une assistance massive pour gouverner. Quatre-vingts pour cent du budget afghan provient de l’aide internationale. Le pays de 39 millions d’habitants est en train de s’effondrer économiquement. Des dizaines de milliers d’Afghans avec des compétences essentielles pour son économie ont fui le pays. 

Un exode qui a aussi des conséquences humanitaires épouvantables : le système de santé qui manque de médicaments se vide de ses médecins et infirmières.

L’insolvabilité de l’État afghan et son manque total de moyens de générer des revenus, sauf par le trafic de drogue et la perception de droits de douane, font que les talibans seront obligés de se conformer aux règles édictées par la communauté internationale. 

Pour l’instant, il n’y a pas consensus au conseil de sécurité à cause de l’opposition de la Chine et de la Russie qui veulent savourer un peu l’humiliation de leur adversaire.

Il ne fait aucun doute qu’on va finir par s’entendre sur une réponse internationale unifiée. 

En premier lieu, le nouveau gouvernement de Kaboul va devoir démontrer qu’il combat Daech. 

L’état islamique est une menace pour l’ensemble de la planète. Washington, Pékin, Moscou, Téhéran, Riyad, et Tel-Aviv s’entendent là-dessus.