/investigations/politics
Navigation

Blanchet a fait débloquer un projet d’usine controversé qui détruit l'environnement

L’ex-ministre avait aidé son ami le maire de Shawinigan à obtenir du financement

Usine du lac à La Pêche
Capture d'écran TVA Nouvelles et photo tirée de Instagram Plus tôt cette semaine, Yves-François Blanchet a publié cette photo (en mortaise) sur les réseaux pour souligner ses sept ans de mariage avec Nancy Déziel, conseillère municipale à Shawinigan, en Mauricie, où une usine de la Ville pollue un ruisseau.

Coup d'oeil sur cet article

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a fait débloquer il y a huit ans le projet d’usine de filtration d’eau potable à Shawinigan, selon le maire, et qui multiplie aujourd’hui les infractions environnementales.

• À lire aussi - Contamination à Shawinigan : plusieurs espèces fragilisées

• À lire aussi - Une usine toute neuve détruit l’environnement

M. Blanchet, qui était ministre de l’Environnement entre 2012 et 2014, et aussi un ami du maire Michel Angers, s’est avéré un précieux allié politique dans ce dossier controversé.

Comme le révélait notre Bureau d’enquête lundi, l’usine de traitement d’eau potable du lac à la Pêche, en service depuis janvier 2020, est un fiasco écologique. Elle a accumulé cinq avis de non-conformité pour des rejets toxiques dans un ruisseau notamment, en plus de faire l’objet d’une enquête du ministère de l’Environnement, que dirigeait autrefois Blanchet.

Or, dès le départ, le projet d’usine était une source de conflits. À partir de 2009, un bras de fer a opposé le maire Angers au ministère de l’Environnement quant au choix de la source d’eau potable. Québec privilégiait la rivière Saint-Maurice alors que la Ville souhaitait continuer à s’approvisionner au lac à la Pêche.

  • Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur QUB radio:

« Tact et fermeté »

Même si le ministère s’était rangé aux arguments du maire en 2011, il restait encore à s’entendre sur un financement pour véritablement sceller le projet.

« Le travail a été amorcé avec Mme [Julie] Boulet comme ministre régionale à l’époque et quand il y a eu un changement de gouvernement, c’est Yves-François Blanchet, le ministre de l’Environnement à l’époque qui, lui, a débloqué le dossier », a déclaré le maire sur les ondes de Radio-Canada Mauricie, mercredi.

D’ailleurs, selon les déclarations de M. Angers au journal Le Nouvelliste en février 2014, c’est M. Blanchet qui, avec « son doigté, son tact et sa fermeté », a réussi à « dénouer les impasses » avec le ministère.

Québec et Ottawa avaient effectivement accepté de financer 75 % du projet de 64 millions $, une victoire pour la Ville.

Ami et célébrant

Fait particulier, à cette époque, M. Blanchet venait de se fiancer à la conseillère municipale de Shawinigan, Nancy Déziel. Quelques jours avant la confirmation du financement de l’usine, le maire avait d’ailleurs reconnu être ami du couple et confirmé aux médias locaux qu’il agirait comme célébrant à la cérémonie.

Mme Déziel est aussi la directrice générale du Centre national en électrochimie et technologies environnementales (CNETE) qui a rédigé, en 2017, un rapport technique d’essais pilotes de traitement et recyclage des eaux du lac à la Pêche. 

Elle précise qu’à titre de conseillère municipale, elle se retire systématiquement de toute discussion concernant le CNETE. Elle ajoute qu’elle n’a jamais touché au dossier de l’usine et n’a jamais abordé ce sujet avec son mari. 

« Non jamais. J’aurais été vraiment en conflit d’intérêts. »

À VOIR AUSSI