/opinion/columnists
Navigation

Justin coupe la parole et le public écope

Élections fédérales 2021
Photo Martin Chevalier Le chef libéral Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Fidèle à son habitude, Justin Trudeau a constamment interrompu ses adversaires lors du débat Face-à-Face à TVA hier soir et le grand perdant fut le public qui cherchait à se faire une idée pour qui voter.

Lors des questions sur la pandémie, Trudeau coupait si souvent la parole qu’il devait être ramené à l’ordre. Il ne voulait pas répondre et il a empêché les autres de finir leurs phrases, un signe de faiblesse.

SINGH PATINE

Jagmeet Singh a prouvé qu’il était capable de patiner avec les meilleurs lorsqu’il a refusé de dire si l’usine de vaccins Moderna devrait être située au Québec. Son éclat de rire en disait long ! Il n’a jamais répondu à la question, les autres non plus !

Sur les dossiers sociaux, Singh était le plus convaincant.

TRUDEAU GAGNE SUR LES GARDERIES

La question des garderies a été particulièrement difficile pour Erin O’Toole, ses réponses compliquées rappelaient le dicton : en politique, quand t’expliques trop, t’es en train de perdre.

Trudeau n’a démontré aucun intérêt pour les garderies pendant six ans au pouvoir, mais à l’aube de l’élection, il a promis 6 milliards $ au Québec. Il ferait quoi, pour vrai, si jamais il gagnait ? Qui sait... Mais politiquement, sa position était très solide.

  • Écoutez La Rencontre Lisée-Mulcair à l'émission de Richard Martineau sur QUB radio: 

BONS MOMENTS POUR O’TOOLE

Un des meilleurs moments pour O’Toole, c’était lorsqu’il a questionné Trudeau sur le harcèlement sexuel dans les Forces armées.

Trudeau était contraint d’essayer de justifier l’injustifiable concernant l’augmentation de salaire que son gouvernement a consenti au général Jonathan Vance tandis qu’on savait que celui-ci faisait l’objet d’une enquête pour des fautes à caractère sexuel.

O’Toole a aussi compté des points au sujet de la langue. Le défaut des libéraux d’agir et, encore une fois, de seulement faire des promesses à l’aube de l’élection a fourni une ouverture au chef conservateur. Sa promesse de compléter la modernisation de la Loi sur les langues officielles sonnait vrai.

BLANCHET RAVIVE SES CHICANES

Yves-François Blanchet a tenté de rouvrir le dossier identitaire en ramenant ses chicanes avec Singh et le débat sur le racisme systémique. Il a même réussi à inviter dans un débat électoral national un prof de l’Université d’Ottawa qui est toujours en quête d’attention. Le prof devait être ravi. Le public ? Perdu.

TRUDEAU SCORE SUR LES VACCINS

Trudeau a essayé désespérément d’associer Erin O’Toole aux antivaccins. S’attaquant aux 20 % qui refusent de se faire vacciner, il a aussi happé Blanchet au passage. Pas très élégant, fondamentalement faux, mais très efficace politiquement. La politique du clivage, ça marche.

Blanchet a eu un très bon moment vers la fin du débat lorsqu’il s’est moqué des « selfies » et des accolades de Trudeau lors du lancement de la campagne malgré la quatrième vague de la pandémie. Trudeau n’avait aucune réponse sérieuse.

CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Sur les changements climatiques, le bilan de Trudeau depuis six ans est navrant. Cet échec et l’achat d’un pipeline auraient dû fournir une ouverture aux autres chefs, mais ils n’ont jamais réussi à s’imposer.

Dommage que le sujet n’ait pas été mieux traité. Les générations futures risquent d’en payer le prix.