/finance/business
Navigation

Moment Factory illuminera un aéroport à New York

Moment Factory à New York
Photo Olivier Bourque

Coup d'oeil sur cet article

Située à seulement six heures de route, New York a toujours eu un fort lien avec le Québec et avec Montréal, sa métropole.

Lors des derniers mois, cette relation a été coupée et Le Journal a voulu prendre des nouvelles des entrepreneurs québécois qui évoluent dans la Grosse Pomme et savoir comment ils ont réussi à passer à travers la pandémie.


 

NEW YORK | Malgré la pandémie, Moment Factory (MF) fonce droit devant et est déjà en mode relance. Après le Super Bowl et les Jeux olympiques de Tokyo, l’entreprise québécoise travaille actuellement sur un gros projet au sein d’un aéroport new-yorkais.

• À lire aussi: Un bleuet dans la Grosse Pomme

Moment Factory a obtenu un contrat pour enjoliver, mais aussi pour changer radicalement l’expérience des nombreux voyageurs qui arrivent tous les jours à Newark Liberty, l’un des trois grands aéroports de la Grosse Pomme, situé dans le New Jersey.  

« On travaille avec eux sur un projet multimédia permanent. On les aide à repenser complètement la façon dont les voyageurs obtiennent des informations sur leurs vols, comment se rendre à la porte d’embarquement, c’est un projet intéressant », affirme Jamie Reilly, directrice du bureau à New York, en entrevue avec Le Journal.  

Moment Factory avait déjà collaboré à un projet similaire à LAX, l’aéroport mythique de Los Angeles. 

« On a donc de l’expérience dans ce type de projet. Et cela va nous servir, car la gestion d’un aéroport, c’est très complexe surtout au niveau de la sécurité. C’est un beau défi », analyse Mme Reilly. 

S’adapter à la pandémie

Au-delà des transports, MF est aussi de plus en plus présente dans les infrastructures, les immeubles et espaces publics. Lors des derniers mois, l’entreprise a illuminé de façon ingénieuse l’intérieur du Moynihan Train Hall, l’extension de la gare ferroviaire de Penn Station, au centre-ville de New York. 

« Au studio, on se pose toujours la question : comment créer des moments magiques, peu importe où on se trouve », affirme-t-elle. 

Malgré la profusion de projets, les derniers mois ont été difficiles pour Moment Factory qui évolue beaucoup dans le divertissement, qui s’est retrouvé complètement à l’arrêt pendant plusieurs mois. 

« Oui, ça a été dur. Mais on a été rapide à couper dans les coûts, repenser nos stratégies, être le plus proactif possible et s’assurer avec nos clients que les projets allaient continuer d’avancer. Et maintenant, on est en mode relance. Nous avons quatre employés à New York, mais on veut embaucher ici, mais également dans nos autres bureaux », indique Jamie Reilly. 

Le Québec à l’honneur

Selon elle, MF a dû repenser complètement la façon d’implanter les projets, parfois même à l’autre bout de la planète. 

« Par exemple, pour un projet en Chine, nous avions une équipe locale sur place, mais tous les autres étaient en télétravail et grâce à des plateformes comme Twitch, on pouvait suivre en direct les travaux et communiquer avec eux ». 

Et comme un baume sur ce moment difficile, MF a relancé Super Real, un spectacle interactif à l’intérieur d’un spectaculaire immeuble art déco, le Cipriani 25 Broadway. Les visiteurs sont invités à venir se détendre pendant 45 minutes au milieu de l’édifice où défilent des rêves, sur un plancher miroir, le tout à la sauce Moment Factory. 

À l’arrière, un petit bar où les Américains peuvent découvrir les cocktails du sommelier québécois François Chartier. 

« On tient beaucoup à nos origines, Moment Factory, c’est le Québec », lance Reilly, fière Montréalaise installée à New York depuis plusieurs années. 

Reprise en 2022 ?

Mais la grande question qui demeure sur toutes les lèvres : à quand le retour des spectacles à grande échelle ? 

« On travaille déjà avec des artistes. Ça ira peut-être moins rapidement qu’on croyait au début de l’été, mais en 2022, on est très confiants que ça va repartir. En tout cas, à New York, les gens reviennent, avec des idées neuves. La pandémie a amené un vent de fraîcheur ».