/news/green
Navigation

Feux de forêt: les militaires quittent la Colombie-Britannique

Coup d'oeil sur cet article

Des centaines de militaires rentrent au bercail après avoir prêté main-forte aux pompiers pour combattre les feux de forêt en Colombie-Britannique, alors que les conditions météorologiques montrent des signes d’amélioration.

En date du 1er septembre, le ministère des Affaires naturelles identifiait toujours la Colombie-Britannique comme étant la province canadienne où la situation restait la plus critique en matière de feux de forêt. Il ciblait une quinzaine d’incendies prioritaires parmi les 200 qui continuent de brûler.

Néanmoins, les conditions météorologiques se sont suffisamment améliorées, ces derniers jours, pour permettre le retrait des troupes militaires.

Selon le «Global News», environ 300 membres de la Force opérationnelle terrestre des Forces armées canadiennes, 55 membres de la Force opérationnelle aérienne et environ 625 personnes à vélo ont été déployés pour combattre les incendies de forêt en Colombie-Britannique.

Au total, pas moins de 1580 feux de forêt se sont déclarés dans cette province cette année. Environ le tiers (438) étaient situés dans la région de Kamloops, révèle le Centre interservices des feux de forêt du Canada.

Pour sa part, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a envoyé, à la mi-août, un contingent de 153 personnes en renfort. Pour l’organisation québécoise, il s’agissait du plus important déploiement hors Québec jamais réalisé.

Situation nationale

Après la Colombie-Britannique, la deuxième province qui reste à surveiller est le Manitoba.

«Sur le plan national, le nombre d’incendies est fortement supérieur à la moyenne pour cette période de l’année, avec une superficie brûlée largement supérieure à la moyenne. Au cours de la semaine dernière, 110 nouveaux feux ont été signalés, dont 49 sont attribués à la foudre. Près de 25 345 hectares ont brûlé au cours de la semaine dernière», peut-on lire sur le site internet du ministère.

Il reste que la situation pour l’ensemble du pays se situe au niveau de préparation nationale 4, ce qui indique qu’il n’y a pas de demandes de ressources importantes en cours et que les feux existants dans le paysage se stabilisent.