/sports/racing
Navigation

La consécration... enfin !

Camirand orchestre un autre doublé québécois en série NASCAR Pinty’s

Coup d'oeil sur cet article

BOWMANVILLE, Ontario | Brillant deuxième la veille lors de la première course du programme double au circuit de Mosport, en Ontario, Marc-Antoine Camirand a fait encore mieux dimanche.

Le pilote de Saint-Léonard d’Aston a remporté la deuxième victoire de sa carrière en série NASCAR Pinty’s quand il a devancé son coéquipier Alexandre Tagliani par huit dixièmes de seconde. 

L’Ontarien Kyle Marcelli, à son troisième départ seulement dans la spécialité, a accédé à la dernière marche du podium. Deux autres Québécois, Kevin Lacroix et Andrew Ranger, ont suivi, dans l’ordre. 

Alexandre Tagliani (à gauche), deuxième à l'arrivée, et Kyle Marcelli (à droite), troisième, ont accompagné le vainqueur Marc-Antoine Camirand sur le podium au circuit de Mosport, en Ontario.
Photo courtoisie Stéphane Bergeron
Alexandre Tagliani (à gauche), deuxième à l'arrivée, et Kyle Marcelli (à droite), troisième, ont accompagné le vainqueur Marc-Antoine Camirand sur le podium au circuit de Mosport, en Ontario.

Touchette sans gravité 

Après être arrivé immédiatement derrière Tagliani, meneur de la course, le vainqueur est passé aux actes au 46e des 51 tours non sans une petite touchette, mais sans gravité. Dès ce dépassement réussi, Camirand s’est donné une avance suffisante pour confirmer son premier gain en circuit routier. 

Son seul autre succès avait été obtenu sur le tracé ovale de Saint-Eustache en septembre 2018. En trois occasions à Mosport, dont samedi, il avait rallié l’arrivée au deuxième rang. 

«Je suis soulagé, s’est exprimé le gagnant à sa sortie de voiture. Ça fait longtemps que j’attendais ce moment. Je vous ai dit que j’avais un bon feeling après ma course la veille. Tout a bien fonctionné.» 

«Quand j’ai vu le drapeau à damier, j’étais content pour moi, mais aussi pour l’équipe. J’avais hâte de compléter ce dernier tour qui m’a paru bien long.» 

Marc-Antoine Camirand a mené sa Chevrolet Camaro de main de maître pour mériter sa deuxième victoire en série NASCAR Pinty's.
Photo courtoisie John Walker
Marc-Antoine Camirand a mené sa Chevrolet Camaro de main de maître pour mériter sa deuxième victoire en série NASCAR Pinty's.

C’est d’ailleurs la toute première fois que la voiture identifiée au numéro 22, de la réputée écurie de Scott Steckly, s’impose sur un circuit routier. 

Stratégie fructueuse 

Camirand doit une fière chandelle à son équipe, dont la stratégie d’effectuer deux arrêts hâtifs, l’un pour le ravitaillement en carburant et l’autre pour un changement de pneus, a été fructueuse. 

Selon Tagliani, qui fait pourtant partie de la même équipe, cette décision lui a probablement coûté la victoire. Le pilote de Laval ne s’est arrêté que pour faire le plein d’essence, en souhaitant que ses pneus tiennent le coup. 

«Ils ont résisté certes, a dit le principal intéressé, mais je savais que Marc-Antoine était avantagé en fin de course avec des pneus en meilleur état. Cette stratégie d’un seul arrêt n’était pas la mienne», a-t-il spécifié. 

Tagliani affirme avoir été gêné par un retardataire au freinage du virage trois, ce qui a ouvert la porte à Camirand. 

«Marc-Antoine a vu l’ouverture et en a profité, a relaté Tagliani. Je suis heureux pour lui.» 

Dommage pour Lacroix 

La bonne nouvelle pour Tagliani, c’est qu’il a repris la tête au classement cumulatif des pilotes après les six premières étapes de 2021. 

Avec sa récolte de 248 points, il devance Louis-Philippe Dumoulin (240), Lacroix (218), Treyten Lapcevich (209), Alex Guénette (208), Camirand (205) et Ranger (204). 

Détenteur de la position de tête en qualifications et l’un des favoris logiques à la victoire, Lacroix a tôt fait de réaliser, après son arrêt pour chausser sa voiture de gommes neuves, que le reste de la course serait particulièrement ardu. 

«Après quelques tours, je savais que la victoire, ou du moins une place sur le podium, a-t-il souligné, serait difficile à obtenir. Les pneus ont créé un sous-virage qui rendait la voiture très capricieuse. C’est dommage, car tout allait bien en matinée.» 

Des ennuis de boîte de vitesses avaient causé son abandon lors de la première course de la fin de semaine. 

Euphorie dans le clan Paillé 

Grand amateur de course, Jean-Claude Paillé, prospère homme d’affaires qui dirige la concession General Motors du même nom à Berthierville et commanditaire de la voiture de Camirand, était très fier de la victoire son protégé. 

Photo courtoisie John Walker

«Il a fait un sans-faute, a raconté le patron. Cette victoire, il l’a mérite. Et, vous pouvez l’annoncer, Marc-Antoine sera de retour l’an prochain en série Pinty’s.» 

Paillé se souviendra longtemps de cette première semaine de septembre 2021. Non seulement il a vu Camirand s’imposer en stock-car, mais son pilote David Hébert a été sacré champion de la classe modifiée, vendredi soir, sur la terre battue de l’Autodrome de Granby. 

Top 10 pour Guénette 

Alex Guénette, classé dixième, est le sixième Québécois à voir son nom figurer dans le top 10, dimanche, après s’être classé 12e la veille. 

«C’est un week-end décevant pour nous, a dit le pilote de Terrebonne. Notre moteur manquait énormément de puissance et il va falloir trouver une solution, sinon la fin de saison sera pénible.» 

Guénette avait peine à cacher son mécontentement envers son équipe, qui ne lui a pas donné les ressources suffisantes pour exprimer tout son talent sur la piste.  

Dexter Stacey, de Kahnawake, s’est pointé au huitième rang.

Pneu maudit pour Dumoulin

Quant à Louis-Philippe Dumoulin, il a dû se contenter de la 11e position, après avoir été victime d’un pneu (arrière gauche) délaminé à mi-distance. Cet ennui lui a enlevé tout espoir de gagner une deuxième victoire en deux jours à Mosport.  

Le Trifluvien avait réalisé le troisième chronomètre le plus rapide en qualifications plus tôt dans la journée. 

Ray Junior Courtemanche (15e) et Jocelyn Fecteau (19e) ont aussi complété l’épreuve. Victime d’une sortie de piste au 21e tour, Jean-Frédéric Laberge a été contraint à l’abandon.