/entertainment
Navigation

Les Correspondances d’Eastman: Robert Lalonde pour lancer les grandes entrevues

Les Correspondances d’Eastman: Robert Lalonde pour lancer les grandes entrevues
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Fidèle des Correspondances d’Eastman depuis les débuts, Robert Lalonde donnera, le 5 septembre, le coup d’envoi des grandes entrevues offertes tous les dimanches du mois, sous la marquise du Théâtre La Marjolaine. 

Autour du thème du lieu perdu, l’auteur à qui on doit le récit «La reconstruction du paradis» échangera, devant public et à l’extérieur, avec son ami Yvon Rivard qui a entre autres signé le roman «Le dernier chalet». 

Robert Lalonde n’a pas peur de replonger dans le deuil et la perte en revenant sur son livre publié il y a six mois déjà. 

«Ça ramène l’importance que peut avoir une résurrection dans une vie. Je pense que ça fait beaucoup de bien aux gens de me lire à cet égard, confie-t-il. Même s’ils ne sont pas passés par l’incendie, comme moi, ils sont passés par des épreuves qui les ont amenés à penser qu’il y avait peut-être quelque chose de définitif qui s’installait et finalement, ils ont repris goût à la vie, à une nouvelle forme de vie.» 

«Ce que j’ai essayé de transmettre [dans mon livre], c’est que la catastrophe peut traîner dans son sillage une espèce de petit miracle, des fois.» 

Partager un chemin

Si l’auteur aime prendre la parole devant des gens et échanger sur toutes les émotions qui l’ont poussé à écrire, c’est qu’il est curieux de savoir quel a été le chemin emprunté par ceux et celles qui ont lu l’une de ses oeuvres comme «La reconstruction du paradis». 

«Mon intérêt est de voir comment les lecteurs ont cheminé, qu’est-ce qu’ils ont trouvé là-dedans, précise-t-il. Le livre a quand même eu cinq impressions et je pensais que c’était un livre plus confidentiel que ça. Donc, les gens ont cheminé à travers mon livre. Ils m’en parlent et ça me nourrit énormément pour mon travail de me rendre compte que je ne parle pas tout seul.» 

C’est en grande partie parce qu’il apprécie beaucoup l’aspect singulier des Correspondances d’Eastman que Robert Lalonde a récemment accepté de joindre les rangs du conseil d’administration de l’événement. 

«Le festival a grandi sans perdre son caractère intime. Il y a quelque chose d’assez confidentiel qui se passe là. Je rencontre des lecteurs et des amoureux de la littérature que je ne rencontrerais pas ailleurs, ni dans les salons du livre ni dans les séances de signatures...» 

Des plumes connues

Outre Robert Lalonde et Yvon Rivard, le public pourra voir et entendre Hélène Dorion et Nicolas Lévesque aborder le même thème. 

Afin d’aborder les lieux sous différentes formes, des auteurs tels que Joséphine Bacon, Michel Jean, Dominique Fortier, Bryan Perro, Simon Boulerice et Francine Ruel leur succéderont au cours des prochaines semaines. 

Lors de chacune de ces discussions, Maude Guérin ou Christian Vézina lira des textes choisis. 

Pour tous les détails des rencontres et l’achat de billets: lescorrespondances.ca/grandes-entrevues/