/weekend
Navigation

Vers une meilleure communication (2e partie)

Coup d'oeil sur cet article

La communication, cet élément essentiel pour vivre en relation avec l’autre, nous apporte parfois inconforts ou inquiétudes lorsque viennent à manquer les outils pour s’en servir correctement ! Puisque les défis peuvent être nombreux à cet égard, je vous propose aujourd’hui quelques astuces à mettre en pratique, à ajuster et/ou à bonifier au besoin !

• À lire aussi: Vers une meilleure communication

ASTUCE #1

Un des précieux alliés en matière de communication s’appelle L’ÉCOUTE. Savoir écouter est certes un art complexe qui se cultive, mais les efforts en valent tellement la peine ! Lors de moments de communication, les allers-retours sont nombreux et nécessaires entre les personnes. Que cela se vive de façon verbale ou non verbale. Savoir rester à l’écoute lors des échanges, particulièrement en ce qui concerne le langage non verbal, demande de développer certaines aptitudes telles que : pratiquer l’écoute active (en regardant la personne, en lui offrant une simple rétroaction – par des hochements de tête, des « oui », « mmm », « je comprends ») signifiant votre attention, s’exercer à ne pas interrompre la personne et à entendre ce qu’elle a à dire... jusqu’au bout de ses propos tout en étant attentive, attentif. Il est parfois facile de tomber dans le piège de la réplique rapide – or cela n’est pas toujours favorisant, surtout quand les émotions sont fortes.

ASTUCE #2

S’exprimer clairement en utilisant le JE. Un message clair permet à la personne qui l’entend de bien comprendre ce que l’autre tente de dire. L’utilisation du JE est essentielle car elle favorise un climat d’échanges, incitant ainsi les personnes à se placer en état d’écoute. Le cas contraire – c’est-à-dire l’utilisation du TU, engendre une situation où des accusations peuvent fuser et obliger l’autre à répondre à l’accusation d’une manière défensive – ce qui ne sera pas nécessairement constructif ou aidant. Un message clair consiste à circonscrire le sujet (gare à la tentation de mettre TOUS les éléments préoccupants dans la même conversation), à exprimer autant que faire se peut des faits, à parler en des termes positifs, en évitant les « toujours » et les « jamais ».

Éviter d’attribuer des étiquettes, de culpabiliser ou encore de poser des jugements de valeur augmentera probablement vos chances de vivre une communication plus bienveillante et constructive.

ASTUCE #3

Vouloir coopérer. C’est primordial. De plusieurs manières. Tout d’abord en vous assurant que les personnes qui communiquent sont toutes en état de le vivre. Cela pourrait par exemple être : « J’ai besoin de te parler de quelque chose, est-ce que c’est un bon moment pour toi pour m’écouter ? ». Si la réponse est un non catégorique et fermé, il est alors possible que le sentiment du « sans issue » prenne le dessus. Un désir de coopération pourrait être : « Pour le moment je ne me sens pas disponible pour t’écouter, mais on pourrait se reprendre dans deux heures quand j’aurai terminé cette tâche ? Qu’en dis-tu ? » Le ton ainsi que le message envoyé démontrent à la fois de l’intérêt et de la sincérité, il importe donc que l’autre le reçoive comme tel.

Explorer ensemble des solutions demandera certainement un exercice de va-et-vient important entre les parties. Or, en s’assurant que les « partenaires de convo » collaborent en évitant de se positionner comme des experts de la situation, les possibilités de trouver un accord ou un terrain d’entente seront grandement favorisées.

ASTUCE #4

Savoir aller chercher de l’aide lorsque nécessaire. Il faut parfois en arriver à la conclusion qu’une communication ne peut que devenir toxique si elle se poursuit. Dans ce cas, il est important de l’obtenir aussi rapidement que possible.