/world/africa
Navigation

Attaque samedi en Ituri (nord-est de la RDC): au moins 30 morts (sources concordantes)

Attaque samedi en Ituri (nord-est de la RDC): au moins 30 morts (sources concordantes)
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Bunia | L'attaque menée samedi en Ituri, dans l'est de la République démocratique du Congo, par de présumés rebelles ADF (Forces démocratiques alliées), a fait au moins 30 morts, ont indiqué lundi matin des sources locales et onusienne. 

Un premier bilan fourni samedi soir de source locale faisait état de 14 morts dans les collines de Tsani Tsani et Mapasana, à Luna-Samboko, village situé à la limite avec la province voisine du Nord-Kivu.

«Les civils qui sont allés rechercher les corps des victimes en ont retrouvé 16 autres dans la brousse, ce qui fait 30 civils massacrés», a déclaré Dieudonné Malangayi, responsable de la société civile de la collectivité («chefferie») de Walese Vonkutu, interrogé depuis Bunia par le correspondant de l'AFP en Ituri.

Une source onusienne a par ailleurs confirmé à l'AFP qu'au moins 30 personnes avaient été tuées dans cette attaque de Luna Samboko.

Selon le témoignage d'un homme qui a participé à la récupération des corps, les victimes ont été tuées principalement à la machette, égorgées, éventrées, et par balles.

Ce nouveau massacre est attribué localement aux ADF, qui étaient à l'origine des rebelles musulmans ougandais et sont maintenant présentés par l'organisation djihadiste État islamique (EI) comme sa branche en Afrique centrale.

Ces rebelles sont considérés comme le plus meurtrier des groupes armés qui sévissent dans l'est de la RDC, accusés de massacres de civils ayant fait des milliers de morts depuis 2013.

L'Ituri et le Nord-Kivu sont placés depuis le 6 mai en état de siège, mesure exceptionnelle censée mettre un terme aux activités des ADF et de multiples autres groupes qui terrorisent les populations.