/world/africa
Navigation

Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres

Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Conakry | Les putschistes guinéens qui ont capturé le président Alpha Condé et annoncé la dissolution des institutions devraient en dire plus lundi sur leur ligne d'action, après un coup d'État largement condamné par la communauté internationale, mais qui a été salué par des foules en liesse à Conakry.

Les putschistes ont convoqué les ministres sortants et les présidents des institutions à une réunion lundi, à 11 h (heure locale, GMT), au Palais du peuple, siège du Parlement, dans un format qu'ils n'ont pas précisé. «Tout refus de se présenter sera considéré comme une rébellion», ont-ils prévenu.

Les forces spéciales guinéennes conduites par leur commandant, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, disent, images à l'appui, avoir capturé le chef d'État pour mettre fin à «la gabegie financière, à la pauvreté et à la corruption endémique», ou encore à «l'instrumentalisation de la justice [et] au piétinement des droits des citoyens».

Une vidéo saisissante de M. Condé, diffusée par les putschistes, le montre calme mais défait dans un canapé, portant un jean et une chemise. Les putschistes ont assuré qu'il était en bonne santé et bien traité.

Les militaires affirment vouloir rendre «la politique au peuple».

Ils ont annoncé la dissolution du gouvernement, des institutions et la Constitution qu'avait fait adopter M. Condé en 2020 et dont il s'était servi pour se présenter la même année pour un troisième mandat, malgré des mois de contestations meurtrières. Ils ont promis une période de transition, à la manière du voisin malien, qui a été le théâtre d'un putsch lui aussi récemment. Ils ont annoncé un couvre-feu et la fermeture des frontières terrestres et aériennes.

Dans la soirée, ils ont annoncé au journal télévisé qu'ils remplaceraient les ministres par les secrétaires généraux de chaque ministère, et les préfets, sous-préfets et gouverneurs de région par des militaires. Ils ont appelé les fonctionnaires à «reprendre le travail dès ce lundi».

Leur coup de force surprise parachève des mois de grave crise politique et économique, aggravée par la pandémie de COVID-19, sous la présidence très personnalisée — autoritaire, selon ses détracteurs — du président Condé, au pouvoir depuis 2010, mais de plus en plus isolé.

Avertissement américain

Ce coup d'État s'inscrit dans l'histoire tourmentée de ce pays pauvre et éprouvé malgré des ressources minérales et hydrologiques considérables, dirigé pendant des décennies — depuis l'indépendance de 1958 — par des régimes autoritaires ou dictatoriaux, et habitué aux actions brutales de ses forces armées. Aucun décès n'avait cependant été rapporté officiellement lundi après le putsch, en dépit du crépitement intense des armes automatiques dans le centre de Conakry dimanche matin.

Aucun incident majeur n'a été signalé dans la nuit de dimanche à lundi.

C'est un nouveau coup de force en Afrique subsaharienne en un an, après le Mali en 2020 ou le Tchad en 2021.

L'apparent épilogue de plus de 10 années de régime Condé a donné lieu à des scènes de joie dans différents quartiers de la capitale, notamment dans les banlieues favorables à l'opposition.

Il a en revanche suscité une large réprobation internationale, du secrétaire général de l'ONU, António Guterres, à l'Union africaine, en passant par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et l'Union européenne.

La France a dit se joindre à la condamnation de la CEDEAO et à l'appel à «la libération immédiate et sans condition du président Condé».

Les États-Unis ont également condamné le coup d'État qui, ont-ils prévenu, pourrait «limiter» la capacité américaine à soutenir la Guinée.

Le président Condé s'était de plus en plus tourné vers la Chine, la Russie et la Turquie ces dernières années.

Les principaux dirigeants de l'opposition guinéenne ne se sont pas encore véritablement prononcés sur les événements.

Mais le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une coalition de mouvements politiques et de la société civile qui a mené la contestation contre le troisième mandat, a pris acte de «l'arrestation du dictateur» et des déclarations des militaires sur la Constitution.