/sports/fighting
Navigation

Jeanette Zacarias Zapata était prête à mourir dans l’arène, selon son père

Jeanette Zacarias Zapata était prête à mourir dans l’arène, selon son père
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Décédée à l’âge de 18 ans jeudi, la boxeuse Jeanette Zacarias Zapata était bien consciente des dangers auxquels elle s’exposait en grimpant dans l’arène et disait même assumer de possibles conséquences funestes.

• À lire aussi: Décès de Jeanette Zacarias Zapata: «Je suis terrifié pour notre sport»

• À lire aussi: Un examen de conscience à faire

• À lire aussi: Décès d’une boxeuse: «elle ne peut pas s’en vouloir», dit Éric Lucas

• À lire aussi: Décès de Jeanette Zacarias Zapata: le Bureau du coroner enquêtera

C’est du moins ce qu’a déclaré son père Esteban Zacarias, selon ce qu’a indiqué, lundi, le site Proceso, précisant que l’athlète avait déjà été avertie. D’ailleurs, avant de subir un K.-O. fatal aux mains de la Québécoise Marie-Pier Houle le 28 août au Stade IGA, elle avait également été sérieusement ébranlée dans un duel présenté le 14 mai en sol mexicain. Zacarias Zapata avait perdu par K.-O. contre Cynthia Lozano et s’était relevée péniblement au terme de ce combat.

  • Écoutez le journaliste sportif du Journal de Montréal, Mathieu Boulay, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Toutefois, ses ennuis dans le ring et de «graves problèmes de santé» reliés à ses activités professionnelles n’atténuaient nullement son désir de boxer. Le Proceso a mentionné que la mort de la Mexicaine avait été précédée de sérieuses mésaventures, entre autres un évanouissement. Également, les médecins avaient prévenu la principale intéressée de la nécessité d’être opérée.

Or, la réponse de la pugiliste n’a fait aucun doute: «Et si je meurs de boxe, c’est comme ça que je vais mourir. [...] J’ai choisi cette carrière et si je meurs en essayant de boxer, je mourrai», a-t-elle dit à son entourage, notamment à son père et à son entraîneur Jovanni Martinez, selon les mots publiés lundi.

Enquête

L’article du Proceso pourrait influencer l’enquête du Bureau du coroner; au lendemain de la mort de Zacarias Zapata, la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, avait annoncé qu’«une investigation sur les causes probables et les circonstances ayant mené au décès de l’athlète» allait être effectuée. Promoteur du gala, le Groupe Yvon Michel (GYM) avait déclaré vouloir pleinement collaborer à l’enquête.

Zacarias Zapata a encaissé quatre revers en six duels professionnels, en incluant trois par mise hors de combat. Avant ses deux affrontements de la présente année, elle n’avait pas boxé depuis le 9 novembre 2018.

Aussi, la diffusion sur les réseaux sociaux de séquences du combat contre Lozano la semaine passée en a laissé plusieurs perplexes. Les images montrent Zacarias Zapata allongée sur le ring après avoir visité le plancher sur une gauche de son adversaire. Questionné par Le Journal de Montréal, l’organisateur de combats de GYM, Vincent Morin, avait affirmé ne pas avoir vu cet extrait avant de conclure l’entente pour le choc entre la Mexicaine et Houle.

«Si je l’avais vu avant, Marie-Pier [Houle] n’aurait pas boxé samedi dernier [le 28 août]», avait-il dit.

Le tout pourrait soulever davantage de doutes relatifs aux rapports médicaux soumis par la Commission athlétique du Mexique.

«Tous les documents médicaux étaient authentiques. Pour être sûr du contenu qui était en espagnol, on les a fait traduire par une personne certifiée. Zapata n’était plus sous le coup d’une suspension, avait commenté, au Journal, l’entraîneur de Houle, Sébastien Gauthier.