/news/coronavirus
Navigation

Le passeport vaccinal passe le test dans le long week-end

Les restaurateurs ne rapportent aucun incident après ce premier «vrai test»

La Muse
Photo courtoisie Julie Arel et Daniel Paulin, propriétaires du Resto La Muse à Drummondville, sont agréablement surpris par l’enthousiasme de leurs clients devant le passeport vaccinal.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier week-end du passeport sanitaire s’est déroulé dans la bonne humeur pour la plupart des restaurateurs, qui se disent satisfaits de l’attitude des clients comme des résultats de ce « vrai test » pour la nouvelle mesure.

• À lire aussi - Passeport vaccinal: des réfractaires difficiles à convaincre

« C’était peut-être le dernier repas au resto pour les personnes qui ne sont pas vaccinées la semaine passée, mais maintenant c’est le retour de beaucoup de monde qui avait peur de sortir », se réjouit Julie Arel, propriétaire du Resto La Muse, à Drummondville, qui explique ne pas avoir vu le volume de sa clientèle chuter avec l’entrée en vigueur du passeport.

« On pensait avoir quelques chialeux, mais pantoute ! J’ai été agréablement surprise de voir que les gens étaient contents de montrer leur passeport vaccinal, comme s’ils étaient fiers », ajoute l’entrepreneure.

Le lancement du passeport sanitaire le 1er septembre a été beaucoup moins « rock’n’roll » que ce qu’avait anticipé avant sa mise en place le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Les propriétaires de restaurants et de bars appréhendaient toutefois l’arrivée du long week-end de la fête du Travail, qui serait « le vrai test » pour la nouvelle mesure, selon eux.

Aucune catastrophe

Or, on ne signale aucune catastrophe « de Gaspé à Gatineau », assure le vice-président de l’Association Restauration Québec (ARQ), François Meunier.

« Il y a des pépins normaux propres à la mise en place d’une aussi importante mesure : on n’arrive pas à lire les codes QR, les gens n’ont pas les bons documents, détaille-t-il. Mais on confirme que ça se passe bien et que ça semble être bien accepté par les consommateurs. »

Et lundi midi, les affaires allaient rondement dans les restaurants contactés par Le Journal.

« On est dans le jus pas mal, et on l’a été toute la fin de semaine », lance Philippe Brunet, copropriétaire de la Binerie Mont-Royal, à Montréal, malgré la dizaine de clients refusés hier [lundi] matin en raison du passeport sanitaire.

Si l’ARQ note une légère baisse des ventes par rapport aux semaines précédentes, François Meunier croit tout de même que « le passeport est un mal nécessaire pour rester ouvert ».

« À voir aller les cas [de COVID] qui augmentent, c’est quasi certain qu’on aurait eu à fermer nos salles à manger », souligne le vice-président de l’ARQ.

Pas envie de refermer

« Je suis juste contente d’accueillir les clients. Je n’ai pas envie de refermer, l’année a déjà été assez difficile de même », fait valoir Nathalie Côté, propriétaire de la Stella pizzeria à Montréal. « Il y a 3 % des clients qui ne sont pas contents avec le passeport vaccinal, mais la grande majorité est heureuse qu’il soit enfin arrivé. Certains se sentent plus en sécurité. »

Du côté des bars, cependant, on constate « une baisse générale de l’achalandage de 20 à 25 % depuis le 1er septembre », selon le président de l’Union des tenanciers de bars du Québec, Peter Sergakis.

« On n’a pas d’employés, on a besoin de monde additionnel à l’entrée pour vérifier tout ça », déplore-t-il.

À VOIR AUSSI 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres