/misc
Navigation

Le mensonge des armes à feu

Coup d'oeil sur cet article

Finalement, est-ce que quelqu’un comprend la position des conservateurs à propos des armes d’assaut de style militaire ? Depuis le Face-à-Face 2021 de jeudi dernier, on dirait que même Erin O’Toole ne sait plus trop quelle est sa position.

On comprend qu’il parle des deux côtés de la langue sur ce sujet. D’un côté en français, de l’autre en anglais, je veux dire.

Les armes légales ne sont pas le problème ?

Évidemment, les conservateurs vous diront que les armes du genre AR-15 ne sont pas vraiment en cause dans les crimes contre la personne au Canada, que ce sont surtout des armes de poing transigées sur le marché noir dont il faut se méfier.

Sauf que : l’attentat au Métropolis, l’attentat à la mosquée de Québec, l’attentat au Collège Dawson, l’attentat à l’Assemblée nationale, l’attentat à Polytechnique...

Tous ces drames ont profondément marqué l’imaginaire collectif québécois.

Quand j’entends dire qu’on veut discréditer les vaillants chasseurs et criminaliser les braves fermiers en interdisant les armes automatiques et semi-automatiques de style militaire, je désespère.

Nager dans le flou mou

Le plus inquiétant dans tout ça, c’est combien ça semble facile pour Erin O’Toole de mentir de façon flagrante, sans broncher, simplement pour courtiser des électeurs.

Il a ensuite nuancé ses propos, me direz-vous. Et c’est justement là, le problème. Les derniers jours de la campagne conservatrice ont été consacrés à nager dans le flou mou laissé par leur propre chef. Dans une aussi courte campagne, toutes les heures sont comptées.

Je suis une fille de campagne. La vraie, la Beauce, et l’autre, l’électorale.

Le dossier des armes à feu est chaud dans l’une comme dans l’autre. Mais en 2021, il n’y a aucune raison de reculer pour plaire au lobby proarmes. 

Et en passant, je ne connais personne qui abat des veaux malades ou qui va à la chasse avec une Beretta CX4 Storm.