/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Que ferait Justin de Radio-Canada?

Coup d'oeil sur cet article

Jusqu’à l’élection de Justin Trudeau, aucun gouvernement libéral n’avait porté Radio-Canada dans son cœur.

Durant les 16 ans qu’il fut premier ministre, je ne me souviens pas d’avoir entendu de bons mots de Pierre-Elliott Trudeau à l’égard de Radio-Canada. Surtout pas à l’endroit du réseau français qu’il considérait comme noyauté par les méchants séparatistes. L’homme n’a d’ailleurs jamais eu d’affection particulière pour les médias, quels qu’ils soient.

Pas plus que Jean Chrétien dont la hargne à l’endroit de Radio-Canada ne s’est jamais démentie. Son désamour irréductible s’est traduit par des coupes spectaculaires. Il amputa le budget du diffuseur public de plusieurs centaines de millions de dollars, forçant la mise à pied d’au moins un millier d’employés. Après seulement un an comme PDG, Tony Manera démissionna en guise de protestation, mais Jean Chrétien n’en fut pas ému pour autant.

Même si Paul Martin fut malmené par la CBC pour les pavillons de complaisance sous lesquels naviguaient ses cargos de la Canada Steamship Lines, société dont il fut longtemps le PDG, le premier ministre libéral ne fut pas au pouvoir assez longtemps pour grignoter à son tour le budget du diffuseur public. Tout au plus se contenta-t-il d’y puiser une gouverneure générale dont on ne garde pas le meilleur souvenir.

DE CHARYBDE EN SCYLLA ?

Lorsque les conservateurs de Stephen Harper prirent le pouvoir, la direction de Radio-Canada, affolée, jeta les hauts cris, donnant l’impression de tomber de Charybde en Scylla. Ce fut loin d’être le cas. Les ardeurs anti-radio-canadiennes de Harper furent tempérées en bonne partie par James Moore, son ministre du Patrimoine, un francophile avoué qui a toujours reconnu l’importance du diffuseur public.

Avant même son élection en 2015, Justin Trudeau afficha ses couleurs en s’engageant à augmenter de 150 millions par année le budget de CBC/Radio-Canada. Ce que son gouvernement s’empressa de faire. Il annula ainsi les coupes de 115 millions du gouvernement conservateur.

Si les libéraux de Justin sont réélus et qu’ils respectent leurs promesses, ils augmenteront de 400 millions sur quatre ans le budget de la société d’État. Leur programme électoral indique donc clairement qu’ils iront de l’avant avec l’une des recommandations du comité d’experts de Janet Yale. Celui-ci recommandait que CBC/Radio-Canada élimine à terme toute publicité en ondes, en commençant par ses émissions d’information et d’affaires publiques. Les cent millions par an qu’on ajouterait au budget de la société d’État compenseraient entièrement les revenus publicitaires qu’elle abandonnerait alors.

IL FAUT UN MANDAT PRÉCIS

C’est la première fois depuis la publication du rapport Yale que les libéraux laissent voir leurs intentions concernant la société d’État. 

C’est vrai qu’à l’exception de cette promesse de 400 millions, le reste de leur programme n’est pas très précis, mais si je lis entre les lignes, il semble bien aller dans la direction que recommande Janet Yale.

Si la promesse de mettre à jour le mandat de Radio-Canada « pour qu’il réponde aux besoins et aux attentes des auditoires d’aujourd’hui » ne signifie pas grand-chose, l’intention que ses programmes se démarquent de ceux des diffuseurs privés pourrait être très significative.

Jusqu’à maintenant, CBC/Radio-Canada a toujours disposé d’un mandat très vague qui lui a permis de justifier à peu près n’importe quelle orientation. Une liberté dont s’est prévalu de façon presque honteuse le réseau français, en concurrence directe avec la télévision privée depuis une vingtaine d’années. Si le prochain gouvernement est libéral, forcera-t-il le diffuseur public à un virage ?