/news/consumer
Navigation

Régime sec chez les concessionnaires d’automobiles

Coup d'oeil sur cet article

Les consommateurs qui magasinent une nouvelle voiture doivent s’armer de patience en raison de la rareté des véhicules disponibles chez les concessionnaires d’automobiles, dont ceux de la région de Trois-Rivières, en Mauricie.

Les concessionnaires d’automobiles n’ont d’ailleurs pratiquement plus rien à vendre, un constat particulièrement frappant chez Trois-Rivières Chevrolet, où la cour et la salle d’exposition sont presque vides.

Seule une douzaine de véhicules déjà presque tous vendus était disponible, mardi, là où se trouvent normalement entre 150 et 200 véhicules neufs. Les autres, en quantité famélique, sont des véhicules usagés.

«On est à 20% de notre inventaire. On en a encore de disponibles, mais la majorité des commandes sont vendues d’avance. Ce n’est pas la meilleure situation», s’est désolé Jean-Pierre Mineau, conseiller chez Trois-Rivières Chevrolet, qui n’a jamais vu pareille chose en 30 ans de métier.

La plupart des concessionnaires doivent composer avec la pénurie de modèles neufs attribuable à la pandémie, à la rareté de la main-d’œuvre et à la pénurie de composantes à semi-conducteurs.

Les concessionnaires n’ont donc aucun autre choix que de faire patienter les clients en prenant en note leur commande, certaines livraisons ne pouvant être faites avant 2023.

«Le message qu’on veut faire comprendre à nos consommateurs, c’est présentez-vous en concession le plus rapidement possible pour commander votre véhicule», a lancé Yannick Lecours, porte-parole du mégaconcessionnaire le Prix du Gros.

Le plus gros constructeur de la planète a déjà annoncé une baisse de 40% de sa production tandis que son concessionnaire trifluvien va essayer de tenir le coup.

«On est chanceux quand même dans notre malchance parce qu’on tombe dans une saison qui est habituellement plus tranquille», s’est consolé le propriétaire du commerce, Luc Lesage.