/news/transports
Navigation

Des navettes autonomes sur la Plaza Saint-Hubert

Des navettes autonomes sur la Plaza Saint-Hubert
FÉLIX LACERTE-GAUTHIER / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

À compter du 1er octobre, des navettes autonomes transporteront des passagers sur la Plaza Saint-Hubert dans le cadre d’un projet-pilote lancé par la Ville de Montréal. 

«C’est le type de projet qui nous permettra de faire avancer nos connaissances dans le domaine», a souligné mercredi Sophie Mauzerolle, responsable de la stratégie d’électrification de la Ville, ajoutant que l’initiative permettra d’en apprendre autant sur les enjeux d’acceptabilités sociales que sur le plan technique.

«On veut en apprendre davantage sur la façon dont les navettes se comportent dans un milieu urbain qui est très dense», a-t-elle ajouté.

Des navettes autonomes sur la Plaza Saint-Hubert
FÉLIX LACERTE-GAUTHIER / AGENCE QMI

Le projet-pilote est réalisé dans le cadre d’une entente de cinq ans avec le gouvernement du Québec. En 2019, lors d’un premier essai, une navette autonome reliait le Stade olympique au marché Maisonneuve, dans un contexte plutôt résidentiel.

«La navette va revenir ici l’été prochain et on est en train d’étudier d’autres projets-pilotes», a révélé Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité au sein du comité exécutif.

«On est à la recherche de projets qui amènent d’autres enjeux pour tester la navette dans d’autres contextes», a-t-il expliqué.

Un ballon d’essai

Le trajet de la navette sur la Plaza Saint-Hubert comportera sept arrêts, dans un quadrilatère délimité par les rues Jean-Talon et Beaubien, ainsi que Saint-Hubert et Saint-André.

Autonome, le véhicule dispose de huit capteurs qui lui permettront de se repérer dans l’espace et d’identifier les obstacles autour de lui. Il accueillera toutefois un préposé à bord, qui pourra intervenir en cas de problème.

Le service sera gratuit dans le cadre d’un projet-pilote qui s’étirera, dans sa première phase, jusqu’en décembre.

Bien que la navette ait la capacité d’accueillir 15 passagers, seulement cinq pourront monter à bord pour le moment, en raison du contexte sanitaire. Électrique, elle disposera d’une autonomie d’environ huit heures et circulera à une vitesse de 20 km/h, du mercredi au dimanche, sept heures par jour.