/news/elections
Navigation

Élections fédérales: pensée magique et prise de bec au débat

Justin Trudeau a notamment répété à Yves-François Blanchet que le Québec était bien représenté à Ottawa

Coup d'oeil sur cet article

Le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, et le libéral Justin Trudeau se sont disputé le titre de représentant du Québec, dans un deuxième débat marqué par de vifs échanges sur les garderies subventionnées. 

• À lire aussi - La violence contre Justin Trudeau fait craindre le pire

M. Trudeau a tenu à se démarquer hier soir en multipliant les salves contre le chef conservateur, Erin O’Toole, et M. Blanchet, à qui il a reproché de s’arroger injustement la représentation du Québec (à voir dans la vidéo ci-dessus). 

« Vous n’avez pas l’unanimité sur le Québec, on est plusieurs à représenter le Québec à la Chambre des communes », a lancé le premier ministre sortant lors du second débat en français, à Gatineau.

  • Écoutez la rencontre Mulcair-Martineau sur QUB radio :

Garderies

ll a d’ailleurs vanté le modèle québécois des garderies, un sujet sur lequel la plateforme libérale se démarque clairement de celle des conservateurs.

On sait en effet désormais que s’il est élu, le gouvernement O’Toole annulera le transfert de 6 milliards $ promis par les libéraux à Québec pour la création de 37 000 places en garderie. Il verserait plutôt des aides directes aux familles, en particulier aux plus modestes.

« M. O’Toole ne comprend même pas le système de garderies au Québec dont on a voulu s’inspirer à travers le pays. Les familles à faible revenu ne paient déjà pas la garderie au Québec », a cinglé M. Trudeau.     

  • Écoutez La Rencontre Adbelfadel-Vallières avec Yasmine Abdelfadel et Dominic Vallières sur QUB radio:    

Tous contre O’Toole

Sur le sujet des garderies, le chef libéral s’est fait rappeler qu’il avait l’appui des partis d’opposition pour mettre en place son projet de garderies subventionnées, mis en péril par les présentes élections. 

Comme lors du précédent débat, M. O’Toole a répété qu’il a « un plan avec beaucoup de détails ».

« J’ai un plan, j’ai un contrat une fois qu’il est signé, je vais le changer », a ironisé M. Blanchet, rappelant que les conservateurs ont ajouté une note de bas de page à leur plateforme électorale pour préciser leur position sur les armes d’assaut sans toutefois l’éclaircir.

« Là, vous pourriez utiliser le mot flou », a pointé le chef bloquiste. 

« C’est du leadership mou qu’il offre », a renchéri M. Trudeau plus tard.

En accord

Tout au long de la soirée, les chefs fédéraux se sont mutuellement accusés de baser leurs propositions sur « la pensée magique ».

Ils sont paradoxalement tombés d’accord sur beaucoup d’autres enjeux clefs.

Si bien que M. Blanchet a demandé : « À ce stade-ci dans la campagne, y a-t-il des partis majeurs qui méritent une majorité ? »   

  • Écoutez La Rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:    

Justin Trudeau           

Photo AFP

 

« [Politiser la vaccination], c’est un faux débat. Il n’y a plus de débat sur la vaccination comme étant la façon qu’on va s’en sortir. C’est exactement ce que la science et nos meilleurs chercheurs nous disent. Et je fais une distinction entre cette meute qui est en train de manifester et ceux qui pour des raisons personnelles sont hésitants à se faire vacciner. »

« [M. O’Toole], c’est un leadership pro-choix, mais il ne peut pas faire suivre ses députés, ils ne le suivent pas en pro-choix, ils ne le suivent pas sur les vaccins. Il ne veut même pas faire vacciner ses propres députés. Ce n’est pas ça du leadership, M. O’Toole. »

« Non, vous ne m’accuserez pas de ne pas être Québécois, M. Blanchet. » 

Jagmeet Singh           

Photo AFP

 

« Je pense qu’un leader, c’est quelqu’un qui cherche des solutions, pas [une] personne qui cherche des excuses. »

« La seule raison pourquoi vous [M. Trudeau] avez déclenché une élection, c’était pour une raison égoïste : avoir plus de pouvoir. »

« On ne peut pas se permettre un autre quatre ans de Justin Trudeau. Un grand parleur petit faiseur. » 

Erin O’Toole           

Photo AFP

 

« M. Trudeau a abandonné les traducteurs et les travailleurs sur le terrain [en Afghanistan]. »

« Je fais confiance au gouvernement du Québec, pourquoi est-ce que M. Trudeau s’est toujours ingéré dans les champs des compétences ? »

« M. Trudeau, chaque année comme premier ministre, a manqué ses objectifs [environnementaux]. » 

Yves-François Blanchet           

Photo AFP

 

« La voiture du conte de fées va se transformer en citrouille bientôt : il est impossible de réduire nos émissions de gaz à effet de serre en augmentant l’extraction, la production de pétrole. »

« J’appellerais les cibles [environnementales] actuelles de petites lâchetés. [...] Le Canada n’est même pas prêt à aller aussi loin que les Américains. »

« Je suis d’accord avec M. Trudeau quand il dit il faut pas dire aux peuples autochtones quoi faire et quoi penser. Mais s’il ne faut pas dire aux autochtones quoi faire ou quoi penser, pourquoi dit-il à la nation québécoise quoi faire et quoi penser ? »   

Annamie Paul           

Photo AFP

 

« Mon père est mort dans un centre de soins de longue durée dans la deuxième vague de la pandémie et je n’oublierai jamais ça. Je n’oublierai pas tous les milliers de personnes qui ont perdu leurs proches. »

« On cherche d’être un parti rassembleur, mais sur le climat nous sommes à part. » 

« C’est très important de protéger le français, de renforcer le français et malheureusement ça devient quasiment impossible de recevoir une éducation bilingue à travers le Canada. » 

LES NOTES DE NOS CHRONIQUEURS  

LISEZ TOUTES NOS CHRONIQUES SUR LE SUJET                 

À VOIR AUSSI...