/news/health
Navigation

Hécatombe dans les CHSLD: Barrette rejette toute responsabilité

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien ministre de la Santé Gaétan Barrette refuse tout lien entre sa réforme et l’hécatombe survenue dans les CHSLD lors de la première vague de la pandémie de COVID-19.

• À lire aussi: Un rapport blâme une gouvernance déficiente

À son arrivée au caucus du Parti libéral du Québec (PLQ) à Orford, en Estrie, le député de La Pinière a plutôt rejeté la faute sur l’actuel gouvernement pour ne pas avoir complété sa réforme, ce qui aurait empiré les effets de la crise.

L'ancien ministre de la Santé Gaétan Barrette
Photo d'archives
L'ancien ministre de la Santé Gaétan Barrette

Dans son rapport préliminaire publié la semaine dernière, la commissaire Johanne Castonguay pointe des déficiences dans la gouvernance du système de santé pour expliquer la vague de 5157 décès survenus en CHSLD l’an dernier, lors de la première vague.

Elle y lance notamment une flèche à la réforme Barrette, qui a fusionné de nombreux établissements.

«Sur chacun des éléments [cités dans le rapport] j’ai agi et sur chacun des éléments, la CAQ a arrêté d’agir. C’est ça la réalité. Alors c’est bien plate, mais chaque problème évoqué dans le rapport, je m’y suis adressé», s’est défendu le principal intéressé.

«Lorsqu’on est dans une situation de crise qui s’est manifestée par une désertion [du personnel], il n’y a pas de système qui serait passé au travers sans ce qui est arrivé et dans le monde occidental, il n’y a pas d’endroit où ça s’est passé autrement», a-t-il poursuivi.

Avenir politique de Barrette

Questionné sur son avenir politique, Gaétan Barrette dit être en réflexion, mais admet que son «souhait le plus profond» serait d’occuper à nouveau les fonctions de ministre de la Santé.

Sa cheffe, Dominique Anglade, ne l’entend toutefois pas ainsi. «Nous avons une excellente porte-parole à la Santé en Marie Montpetit [la députée de Maurice-Richard]», s’est-elle contentée de répondre au sujet des aspirations de Gaétan Barrette.

À VOIR AUSSI