/finance/opinion/columnists
Navigation

La rentabilité des entreprises est de retour

Coup d'oeil sur cet article

La rentabilité des entreprises canadiennes s’est royalement redressée depuis le début de la pandémie de COVID-19.

C’est ce que laisse présager la forte augmentation de l’impôt fédéral que les sociétés canadiennes ont versé lors du premier trimestre (avril à juin) de l’actuel exercice financier 2021-22.

On parle d’une augmentation de 20,7 %, non pas par rapport au catastrophique premier trimestre de l’exercice précédent (2020-21), mais plutôt par rapport au premier trimestre de l’exercice d’il y a deux ans, soit celui de l’exercice 2019-20, lequel faisait partie d’une année budgétaire normale !

Selon la Revue financière au 30 juin 2021 du ministère des Finances, les sociétés canadiennes ont payé en impôt fédéral la somme de 15,7 milliards de dollars lors du premier trimestre d’avril à juin. C’est près de 2,7 milliards $ de plus que lors du premier trimestre normal de 2019-20.

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio: 

Parenthèse : les recettes fiscales tirées des sociétés lors de ce premier trimestre-ci sont presque quatre fois supérieures à celles encaissées lors du désastreux premier trimestre 2020-21. Tristement, on se rappelle que les mois d’avril à juin 2020 avaient été durement frappés par le déclenchement de la pandémie de COVID-19. Plusieurs pans de l’économie canadienne avaient été carrément paralysés.

Comment peut-on expliquer le spectaculaire redressement de la rentabilité des sociétés canadiennes en si peu de temps ? Outre la solide reprise de l’économie canadienne, il faut dire que la grande générosité financière du gouvernement de Justin Trudeau envers les entreprises canadiennes dans le cadre de son « Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 » a certes grandement contribué à l’assainissement des finances des entreprises canadiennes et à la forte hausse de leurs profits. 

Je fais notamment référence ici à la « Subvention salariale d’urgence du Canada » qui a permis aux sociétés canadiennes de bénéficier d’une aide fédérale de 105 milliards $.

Autre généreuse mesure : le fameux « Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes » destiné à des centaines de milliers de petites entreprises. L’aide financière de ce programme s’élève à 20,3 milliards $.

S’ajoutent à l’aide fédérale aux entreprises quelque 5,3 milliards $ qui ont été octroyés par l’entremise de la « Subvention d’urgence du Canada pour le loyer et l’indemnité de confinement ». 

LES PARTICULIERS

Lors du premier trimestre 2021-22, les contribuables canadiens ont payé 5,2 % plus d’impôt fédéral que lors du trimestre correspondant d’il y a deux ans.

C’est donc dire que les Canadiens ont réussi, globalement parlant, à rattraper les pertes de revenu qu’ils avaient subies lors des premiers mois de la crise sanitaire.

Les particuliers ont versé d’avril à juin dernier quelque 42,7 milliards $ d’impôt fédéral, soit 2,1 milliards $ de plus qu’en 2019-20.  

Autre indicateur laissant entendre que les Canadiens ont vu leurs finances personnelles se redresser d’aplomb lors du premier trimestre du présent exercice budgétaire : ils ont payé 618 millions $ de TPS de plus qu’en 2019-20. Cette hausse de 6 % laisse entendre qu’ils ont dépensé en achat de produits et de services autant sinon plus qu’il y a deux ans.

Le redressement des finances personnelles des Canadiens est attribuable en grande partie aux généreux programmes d’aide fédérale de Trudeau pendant la pandémie.

Au dernier décompte, juste avant le déclenchement des élections, l’aide financière de Trudeau aux particuliers victimes de la COVID-19 s’élevait à 134 milliards $.