/news/elections
Navigation

Plateforme chiffrée des conservateurs: des milliards $ de moins dans les garderies

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti conservateur d’Erin O’Toole souhaite économiser près de 27 milliards $ sur les cinq prochaines années dans le dossier des garderies, préférant remplacer l’engagement du gouvernement Trudeau avec des provinces comme le Québec par des allocations versées aux parents.

• À lire aussi - Élections fédérales: pensée magique et prise de bec au débat

C’est un des aspects qui est ressorti de l’évaluation des coûts de la plateforme électorale conservatrice dévoilée mercredi, quelques heures avant le dernier débat en français.

Cette plateforme ne parle toutefois pas de la promesse prise par les libéraux pour un investissement de 6 G$ dans les garderies du Québec, alors que près de 2,62 G$ sont prévus jusqu’en 2026 afin de financer les services de garde d’enfants au pays.

Erin O’Toole à son arrivée au Musée canadien de l’histoire, à Gatineau, mercredi.
Photo AFP
Erin O’Toole à son arrivée au Musée canadien de l’histoire, à Gatineau, mercredi.

Un écart de 7 G$ avec les libéraux

Les conservateurs se sont par ailleurs donnés jusqu’en 2028-2029 pour un retour à l’équilibre budgétaire et prévoient une baisse de 85 % du déficit du pays, en passant sous la barre des 25 G$ d’ici 2025-2026. 

  • Écoutez la rencontre Mulcair-Martineau sur QUB radio :

En comparaison, le solde budgétaire révisé qui a été présenté la semaine passée dans le programme des libéraux prévoit un déficit de près de 32 G$ en 2025-2026, ce qui représente une différence de 7 G$ avec les conservateurs.

Comme promis depuis le début de la course électorale, le parti de M. O’Toole mise principalement sur la relance économique pour la première année d’un mandat conservateur.

Le plus gros des dépenses est réservé au programme de stabilisation fiscale et à des accords provinciaux avec un investissement de 9,7 G$ dès la première année, ainsi qu’au plan de hausse des emplois qui représente 6,5 G$ pour 2021-2022. 

  • Écoutez la chronique de Michel Girard sur QUB radio:   

Santé mentale

Engagement fort de M. O’Toole, l’augmentation de 6 % des transferts en santé pour les provinces est essentiellement remise à un éventuel second mandat conservateur. Le parti compte ainsi injecter un peu plus de 3,6 G$ entre 2022 et 2026, sans prévoir de dépense pour une première année au gouvernement.

Le financement pour la santé mentale, qui a été promis par les conservateurs il y a quelques semaines, représente également une mince part de leurs prévisions de dépenses. La majorité des fonds seront d’ailleurs attribués pour la protection de la santé mentale dans les communautés autochtones avec 200 millions $ qui seront versés chaque année sur cinq ans.

Le Bloc également

Par ailleurs, le Bloc québécois a aussi dévoilé mercredi son cadre financier qui met l’accent sur la hausse du financement de la santé. 

« C’est une mesure coûteuse, avec une mise à niveau de 28 G$ afin d’atteindre 35 % des coûts des soins, mais c’est incontournable à la lumière de tout ce qui s’est produit durant cette pandémie », a souligné son porte-parole sortant en matière de finance, Gabriel Ste-Marie.

– Avec Guillaume St-Pierre, Bureau parlementaire

LISEZ TOUTES NOS CHRONIQUES SUR LE 2e DÉBAT    

À VOIR AUSSI...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.