/opinion/columnists
Navigation

On est rendu là. On brûle des livres

Coup d'oeil sur cet article

Ça y est.

On est rendu là. 

On brûle des livres. 

Terminée, l’époque où on disait que le mouvement woke faisait penser au roman de George Orwell, 1984

Ce n’est pas « comme » 1984.

C’est 1984.

On est dedans. Jusqu’aux dents. 

UNE CONSEILLÈRE DE JUSTIN TRUDEAU

Comme nous l’a appris l’excellent journaliste de Radio-Canada Thomas Gerbet, un conseil scolaire de l’Ontario a « purifié » les bibliothèques de ses écoles.

Près de 5000 livres jeunesse (dont des Tintin, des Astérix et des Lucky Luke) ont été détruits dans un but de « réconciliation » avec les peuples autochtones.

Certains – une trentaine – ont été brûlés lors d’un rituel.

Et leurs cendres, enterrées.

Pour qu’à partir des restes de ces œuvres honnies, « pousse » un Canada nouveau, plus gentil, plus inclusif. 

Tout ça, à la demande de Suzy Kies, une « gardienne du savoir autochtone » qui copréside la Commission des peuples autochtones du Parti libéral du Canada depuis 2016.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

On ne parle pas ici d’une militante exaltée qui divague devant son ordi en mangeant des Doritos, non.

Mais d’une conseillère du gouvernement Trudeau en matière d’affaires autochtones !

LES FAIBLES

Madame Kies a tourné une vidéo dans laquelle elle explique aux enfants – sur des airs de flûte à bec – pourquoi elle a eu la brillante, la merveilleuse, l’extraordinaire idée de brûler des livres lors d’un rituel.

Avez-vous écouté son discours ?

C’est freakant

On a l’impression d’entendre un gourou expliquer comment il soigne le cancer de ses patients en les enroulant dans du Saran Wrap.

C’est le même genre de délire. 

Que madame Kies se complaise dans ce genre de trip la regarde. 

Chacun se médicamente comme il peut. 

Mais que des gens qui dirigent un conseil scolaire embarquent dans son délire est ahurissant.

Coudonc, qu’est-ce qui arrive avec les soi-disant « gardiens » de nos institutions ?

La « crème de la crème » qui dirige nos universités, nos musées, nos maisons d’édition, nos organismes subventionnaires, nos festivals, nos diffuseurs publics ?

Un peu de nerf, que diable !

Un peu de discernement !

Tenez-vous debout, bon Dieu ! 

Faites-vous poser des couilles !

Une colonne vertébrale !

Un cerveau !

Une dignité !

Arrêtez de plier les genoux devant la moindre plainte !

Le moindre courriel !

Le moindre « pouce en bas » sur Facebook !

Lisez La Boétie, batinse !

« Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. »

Ou votre idole de jeunesse, Mao !

« L’impérialisme américain est un tigre de papier. »

Votre manque éhonté de courage et votre peur panique de ne plus être « dans le coup » sont à pleurer. 

LE 11 SEPTEMBRE ET MON NOMBRIL

Avez-vous vu les capsules diffusées par Télé-Québec pour souligner le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre ?

Consternant. 

On nous explique que les vraies victimes de ces attentats ne sont pas les hommes et les femmes qui se sont jetés du haut des tours pour échapper aux flammes, non, mais les jeunes Québécois qui portaient des noms à consonance arabe et qui se faisaient demander « d’où ils venaient ». 

Ces capsules pleurnichardes et nombrilistes ont été produites, tournées, montées puis diffusées à Télé-Québec. 

Ça serait à hurler de rire si ce n’était si désolant de niaiserie...