/news/elections
Navigation

Élections fédérales: Anglade dénonce l’approche paternaliste de Legault

Coup d'oeil sur cet article

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, reproche au premier ministre, François Legault, son «approche paternaliste» à l’endroit des Québécois «qui n’ont pas besoin de se faire dire comment voter» au fédéral.

• À lire aussi - Plateforme chiffrée des conservateurs: des milliards $ de moins dans les garderies

• À lire aussi - Garderies: le PLQ promet une place subventionnée pour tous

En conclusion du caucus de son parti à Orford, en Estrie, elle a reproché jeudi au chef de la Coalition Avenir Québec «d’abandonner les familles» en donnant son appui au candidat conservateur Erin O’Toole. Selon ce qu’avait déclaré François Legault plus tôt, un gouvernement minoritaire conservateur à Ottawa servirait davantage les intérêts de la province. 

«Moi, je veux que le Québec soit plus autonome ait plus de pouvoirs, et il y a trois partis, le PLC, le NPD et le Parti vert, qui veulent nous donner moins d’autonomie. Je trouve ça dangereux», a-t-il dit. 

«Je pense que les Québécois sont parfaitement capables de prendre leur décision eux-mêmes, ils n’ont pas besoin de se faire dire pour qui voter», lui a répliqué Dominique Anglade.

Écoutez l'analyse de Philippe-Vincent Foisy et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

Prête à se battre

Le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O’Toole, annulerait le transfert de 6 milliards $ promis par le gouvernement Trudeau à Québec pour la création de 37 000 places en garderie. Il verserait plutôt des aides directes aux familles, en particulier aux plus modestes.

«En souhaitant l’élection d’un gouvernement conservateur, François Legault accepte de déchirer l’entente de 6 milliards et abandonne les parents, les enfants et tout le réseau des services de garde du Québec», a donc écrit sur Twitter Dominique Anglade.

Puisque sa promesse d’une place en garderie subventionnée pour tous serait compromise si Erin O’Toole était élu premier ministre du Canada, elle avait affirmé plus tôt vouloir «se battre» contre le chef conservateur pour qu’il respecte l’entente contre entre Ottawa et Québec.

«Nous, ce que l’on veut, c’est que le contrat soit respecté avec le Québec. Il y a eu véritablement des discussions qui ont eu lieu, et on s’attend à ce que tous les chefs respectent cette entente», a-t-elle martelé jeudi.

Mardi, à l’occasion du début du caucus de son parti en Estrie, Dominique Anglade a présenté une promesse phare de son parti en vue des prochaines élections générales: une place en garderie subventionnée pour tous.

Pour remplir cet engagement, son parti (PLQ) investirait les 6 milliards $ promis par le gouvernement Trudeau au Québec pour compenser la création d’un programme national de garderies.

Pour le moment, les conservateurs sont au coude-à-coude avec les libéraux fédéraux dans les sondages, mais la cheffe du PLQ ne semble pas s'en inquiéter outre mesure.

Pas de regrets

«Ça ne remet aucunement en question la position que nous avons mise de l’avant, a-t-elle affirmé. Ce 6 milliards-là revient aux Québécois, l’entente est signée, donc bien sûr qu’il est pris en considération.»

Au sujet de son député Gaétan Barrette dont elle a dégonflé les attentes mercredi en fermant la porte à ce qu’il redevienne ministre de la Santé, Dominique Anglade dit ne rien regretter.

«Ce que j’ai dit [mercredi], c’est que nous avons une excellente porte-parole en santé (Marie Montpetit) qui fait un travail remarquable depuis 10 ans, et je pense que je maintiens ces propos-là», a-t-elle expliqué.

À VOIR AUSSI