/world/usa
Navigation

Trump veut tout faire pour battre la fille de Dick Cheney aux prochaines élections

FILES-BOX-US-POLITICS-BELFORT-HOLYFIELD-TRUMP
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Donald Trump a annoncé jeudi son soutien à une candidate qui défiera l'une de ses plus grandes ennemies républicaines au Congrès américain, Liz Cheney, lors d'une primaire attendue comme un grand test de l'emprise que conserve l'ex-président américain sur son camp.

• À lire aussi: Donald Trump décrira des combats de boxe

Le milliardaire républicain a juré de tout faire pour que cette parlementaire «déloyale» perde son siège à la Chambre des représentants depuis qu'elle a voté en faveur de sa mise en accusation après l'assaut du Capitole par des manifestants pro-Trump.

Donald Trump avait finalement été acquitté par le Sénat mais Liz Cheney, 55 ans, fille de l'ancien vice-président Dick Cheney, a continué de l'accuser d'avoir incité la violente attaque du 6 janvier, et de dénoncer le «grand mensonge» de l'ex-président sur des fraudes électorales qui n'ont jamais été démontrées.

Dans un signal clair de l'influence durable de l'homme d'affaires sur son parti, la conservatrice avait été évincée en mai du poste de numéro trois des républicains à la Chambre et remplacée par une élue pro-Trump.

«Je soutiens fermement la candidate républicaine du Wyoming à la Chambre des représentants Harriet Hageman qui se présente contre la républicaine va-t-en-guerre et déloyale Liz Cheney», a annoncé jeudi M. Trump dans un communiqué.

Les primaires seront organisées en 2022 avant les élections parlementaires prévues en novembre de cette même année.

Avocate, Harriet Hageman avait brigué sans succès en 2018 le poste de gouverneure du Wyoming, un vaste État peu peuplé, célèbre pour ses cowboys et ses parcs naturels.

«Comme beaucoup d'habitants du Wyoming, j'ai soutenu Liz Cheney lorsqu'elle s'est présentée au Congrès», a-t-elle affirmé dans un communiqué. «Mais elle a ensuite trahi le Wyoming, trahi le pays et m'a trahie.»

Liz Cheney siège avec un seul autre républicain à la commission parlementaire créée par les démocrates pour enquêter sur l'assaut du 6 janvier.

Elle a répondu sur Twitter au communiqué de Donald Trump en balayant ses menaces d'un ton combatif: «Je vous attends.»