/opinion/columnists
Navigation

Le dernier discours du maire Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume a livré un dernier discours public à l’image du politicien qu’il a été, de qui l’homme d’affaires n’était jamais bien loin, et à qui on a souvent reproché son « one man show ». 

• À lire aussi: Labeaume est convaincu d’avoir livré la marchandise

• À lire aussi: Une facture salée pour les entreprises de Québec

• À lire aussi: Labeaume pris à son propre jeu

En écoutant le maire sortant déballer le bilan de ses 14 années à la mairie, de manière froide et calculée, on se serait cru devant un PDG d’entreprise face à ses actionnaires. 

La reprise du contrôle des finances de la Ville peut être considérée comme l’une des forces de M. Labeaume. Il a instauré un cadre financier qui, espère-t-il, sera conservé.

Sous sa gouverne, Québec est passée de la troisième ville la plus endettée au Québec à la troisième ville la moins endettée parmi les 10 grandes villes du Québec, n’a-t-il pas manqué de rappeler. Le maire a aussi eu, il faut bien le dire, la chance de tabler sur un contexte économique extraordinaire à Québec. 

Comme il le rappelait hier, la capitale a bénéficié, avant la pandémie, de sa plus longue période de croissance économique. Pendant 11 ans, Québec s’est aussi démarquée comme la ville où le taux de chômage est le plus bas au pays.

Régis Labeaume n’a jamais apprécié la critique ni l’opposition. Il est irrité, et n’a pas manqué de le faire savoir, de voir qu’on lui reproche de jouer dans la précampagne, lui qui a choisi d’appuyer une candidate. 

Il est aussi revenu sur les taxes non résidentielles de Québec, qui se situent parmi les plus élevées au Canada, selon une étude commandée à KPMG, dévoilée mercredi. C’est une question de choix, plaide-t-il, et les investissements de la Ville justifient les hausses à l’inflation.

Proches collaborateurs

On aurait par ailleurs pu s’attendre à ce que M. Labeaume remercie publiquement, à l’occasion de ce dernier discours officiel, ses proches collaborateurs et partenaires des 14 dernières années. Une autre de ses forces a consisté, après tout, à savoir bien s’entourer.

Je pense notamment à Louis Côté, son très habile et expérimenté chef de cabinet qui, en novembre, quittera lui aussi l’hôtel de ville de Québec. Le maire a également travaillé étroitement avec les gens de Québec International et bien d’autres, qui auraient mérité ses bons mots. 

M. Labeaume a eu droit à une longue ovation debout après son discours, qu’il aurait eu avantage à partager avec tous ceux qui ont contribué à ses réalisations. 

À VOIR AUSSI...