/finance/business
Navigation

Un ancien stratège libéral au service de l’industrie du pot

Coup d'oeil sur cet article

Un ex-stratège libéral proche de la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, vient de prendre la direction générale de l’Association québécoise de l’industrie du cannabis (AQIC).

À la mi-août, Pierre Leclerc, qui était jusqu’au mois dernier responsable du bureau du président du caucus de l’opposition officielle, a pris la tête de l’organisation, qui représente l’industrie québécoise du cannabis.

« Avant même d’accepter l’emploi et de faire les démarches, j’ai validé auprès de la commissaire à l’éthique et du commissaire au lobbyisme », a assuré en entrevue au Journal Pierre Leclerc, jeudi.

« Tout a été fait dans les règles de l’art sous recommandation des deux commissaires », ajoute celui qui a œuvré à la première législation québécoise encadrant le cannabis.

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

Pierre Leclerc, qui a été coordonnateur des communications et du contenu stratégique au cabinet de la cheffe de l’opposition officielle, a une longue feuille de route dans le milieu politique. 

Longue feuille de route

Conseiller à la Sécurité publique, au ministère de l’Économie, chef de cabinet à la Santé et aux Services sociaux... en cours d’entretien, il mentionne ses rôles clés dans l’appareil gouvernemental.

« Avoir une certaine connaissance du ministère de l’Économie, je crois, est une qualité importante pour l’AQIC et nos membres », plaide Pierre Leclerc, qui veut ouvrir « un canal de discussion » entre l’industrie et les législateurs.

Fondée en 2019, l’Association québécoise de l’industrie du cannabis est assez jeune, explique Pierre Leclerc, qui a entamé une tournée pour écouter ses membres.

En mai dernier, Hexo a acheté sa rivale 48North pour 50 millions $, ce qui permettra à des actionnaires de 48North, comme l’ex-ministre Martin Cauchon et l’ex-chroniqueur de La Presse Alain Dubuc, de faire un gain appréciable.

Il y a trois ans, Le Journal avait souligné les liens entre le Parti libéral du Canada (PLC) et le fonds d’investissement Cannabis Wheaton, dont son patron d’alors, Chuck Rifici, est un ancien chef des finances du Parti libéral du Canada, et Sarah Bain, qui a été vice-président des communications de la formation politique.