/news/elections
Navigation

Yves-François Blanchet fustige l’animation après le débat en anglais

Coup d'oeil sur cet article

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a fustigé l’animation du premier et dernier débat en anglais de la campagne lors du scrum suivant celui-ci.

• À lire aussi: Tollé au Québec après le débat en anglais: les chefs s’en mêlent

• À lire aussi: Débat des chefs fédéraux en anglais: «La nation québécoise est attaquée», soutient François Legault

Il a surtout été estomaqué par la question qui lui a été servie en ouverture par l’animatrice Shachi Kurl, présidente de l’Institut Angus Reid, au sujet de la Loi sur la laïcité de l’État, qu’elle a qualifiée de discriminatoire.

«Vous niez que le Québec a des problèmes avec le racisme, mais vous défendez des lois comme les lois 96 et 21, qui marginalisent les minorités religieuses, les anglophones et les allophones. Le Québec est reconnu comme une société distincte, mais, pour ceux qui sont à l’extérieur de la province, aidez-les, s’il vous plaît, à comprendre pourquoi votre parti soutient aussi ces lois discriminatoires», a-t-elle dit en s'adressant au chef bloquiste.

Sur le coup, M. Blanchet a rappelé que le Québec forme une nation, ce que les autres chefs ont reconnu par un vote à la Chambre des communes en juin dernier, à l’exception d’Annamie Paul, puisqu’elle n’était pas élue.      

  • Écoutez La Rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:    

L’animatrice a coupé M. Blanchet et renchéri en lui demandant: «Encore une fois, pourquoi ces lois discriminatoires?» et en affirmant que «les minorités religieuses ne peuvent progresser, monsieur, s’ils portent leurs habits religieux».

Visiblement agité à l’issue du débat, le chef bloquiste a troqué le calme pour l’indignation.

«Les autres débats ont été faits au Québec, celui-là a été fait au Canada. Il a commencé par une chaudière d’insultes au visage des Québécois. On s’est fait traiter de racistes et de xénophobes par l’animatrice en commençant le show. Ordinaire. [...] Et quand on veut parler des francophones hors Québec et des Acadiens, on se fait ratatiner comme une crêpe.»

Il a dénoncé les «accusations grossières et répétées» et, s’il dit n’avoir «rien de personnel contre elle», Mme Shachi lui est «apparue [comme] une parfaite incarnation de ce que les gens voulaient que le débat soit».

«Arrêtez d’essayer de nous vendre la laïcité de l’État comme quelque chose de raciste, alors que c’est quelque chose de profondément progressiste, ce que la religion n’est pas. La religion n’a jamais protégé l’égalité des femmes au sein des affaires publiques et de l’État, et elle ne le fera jamais», a-t-il opiné. «Quand on dit ça, c’est donc terrible, on se fait traiter de racistes, ça fait plaisir à Toronto.»

M. Blanchet a aussi eu un échange corsé pendant le débat avec la cheffe des verts, Annamie Paul, au sujet du racisme systémique.

Mme Paul a offert de l’«éduquer» à ce sujet. M. Blanchet a demandé à l’animatrice d’inviter les chefs à faire preuve de «décence» dans le débat.

Appelé à expliquer pourquoi il n’avait pas pris position sur le sujet pendant les échanges, Justin Trudeau a dit que «le format empêchait un petit peu une réponse immédiate» de sa part.

«Je peux dire que, d’abord, les Québécois et les Canadiens connaissent bien mon désaccord avec le projet de loi 21, mais je peux aussi dire, en tant que fier Québécois, que les Québécois ne sont pas racistes», a-t-il dit.   

  • Écoutez la chronique de Gilles Proulx sur QUB radio:    

À VOIR AUSSI...       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.