/world/middleeast
Navigation

Irak: quatre morts dans une attaque imputée à l’EI dans le nord

Coup d'oeil sur cet article

MOSSOUL | Quatre personnes, dont des membres des forces de sécurité, ont été tuées samedi dans une attaque imputée au groupe État islamique (EI) près de la ville de Mossoul, ancien fief jihadiste dans le nord de l’Irak, selon un responsable local et une source sécuritaire. 

L’attaque a touché un village isolé dans la région de Makhmour, au sud de Mossoul, a indiqué la source sécuritaire qui a fait état de quatre morts, dont un notable du village, un officier de la police fédérale et un paramilitaire du Hachd al-Chaabi, coalition de groupes armés pro-Téhéran intégrés à l’État irakien.

L’attaque a été menée par des jihadistes de l’EI qui visaient une position du Hachd al-Chaabi aux alentours de deux heures du matin (23 h GMT), a de son côté indiqué Saleh al-Jibouri, un responsable de la localité voisine de Qayyara précisant que les jihadistes ont fait usage d’obus et ont tiré à l’arme légère.

M. Jibouri a fait état de quatre morts dont un notable du village et un paramilitaire, dans cette attaque qui n’a pas été revendiquée.

L’attaque intervient moins d’une semaine après un assaut des jihadistes près de Kirkouk (nord) qui avait tué 13 membres de la police fédérale irakienne.

En juillet, l’EI a revendiqué un attentat d’envergure qui a fait plus de 30 morts sur un marché du quartier chiite de la capitale Bagdad.

Les jihadistes avaient fait de Mossoul leur « capitale » en Irak à l’été 2014, avant d’en être chassés trois ans plus tard par l’armée irakienne et une coalition internationale.

En visite en Irak fin août, le président français Emmanuel Macron s’était inquiété d’une « résurgence » de l’EI en Irak et en Syrie, assurant que les soldats français déployés dans le cadre de la coalition internationale resteraient dans le pays « aussi longtemps que l’Irak le demande » et « quels que soient les choix américains ».

Parmi les 3 500 soldats étrangers présents en Irak, 2 500 sont Américains, mais, à partir de l’an prochain, ils seront cantonnés à un rôle de « formateurs » et de « conseillers » de l’armée irakienne.

À VOIR AUSSI