/weekend
Navigation

La Traversée: échange de cultures

Coup d'oeil sur cet article

Projet qui a vu le jour en 2018, et qui implique des artistes canadiens et européens, La Traversée est de retour cette année après une pause forcée par la pandémie. C’est au moyen de la technologie, et séparés par un océan, que les huit artistes sélectionnés ont dû créer leurs chansons.

Bruno Robitaille
Photo courtoisie, Jimmy Plante
Bruno Robitaille

Le projet La Traversée est venu d’une idée conjointe des Québécois Bruno Robitaille (l’École nationale de la chanson) et Laurent Saulnier (les Francos de Montréal) ainsi que du Français Julien Soulié (Le fair).

« On discutait ensemble d’un projet qui donnerait des opportunités de chaque côté de l’océan, dit Bruno Robitaille. Mais il manquait du financement. C’est quand Musicaction a mis un programme, qui s’appelle Les Incubateurs, il y a quatre ans, qu’on a pu lancer La Traversée. »

À distance

​Leo Fifty Five et Eli Rose ont travaillé sur une chanson à distance.
Captures d'écran courtoisie
​Leo Fifty Five et Eli Rose ont travaillé sur une chanson à distance.

Après deux éditions, en 2018 et 2019, et une pause pandémique l’an dernier, le projet est revenu avec quatre artistes canadiens (Eli Rose, Marie-Gold, Mat Vezio, Miro) et quatre Européens (Arthur Ely, Elbi, Jaïa Rose, Leo Fifty Five).

En raison de la pandémie, les huit musiciens ont dû concevoir leurs chansons à distance par visioconférence. « Ce qui est exceptionnel, c’est que malgré la distance, il y a des affinités qui se sont créées », dit Bruno Robitaille. 

Gaële s’est chargée de la direction artistique. La réalisation a été confiée à Bastien Doremus.


L’album de La Traversée est maintenant sur le marché. Le documentaire sur la création de l’album sera demain sur bit.ly/ecolenationaledelachanson.