/misc
Navigation

Sommes-nous à ce point aveugles collectivement?

Coup d'oeil sur cet article

J’ai rarement eu le cœur aussi serré à la veille d’élections fédérales.

Bien que l’environnement arrive en tête des préoccupations dans les sondages, les intentions de vote indiquent qu’on pourrait être gouverné par les conservateurs. C’est même le souhait de François Legault !

Aveuglement

Il s’agit pourtant du pire parti pour l’environnement. Et donc du pire parti pour nos enfants et petits-enfants. Ils n’ont pas le droit de vote, mais subiront directement les conséquences de nos mauvaises décisions.  

Sommes-nous à ce point aveugles collectivement ? Les extrêmes climatiques vécus cet été ne suffisent donc pas à changer nos priorités ? À nous rendre un peu plus lucides ?

Que dire de « l’alerte rouge » lancée par les experts du GIEC il y a un mois ?

Tant François Legault qu’Erin O’Toole disent se soucier des enfants. Pourtant, l’augmentation de la production de combustibles fossiles et le financement du troisième lien accéléreront la crise climatique. 

Leur vision du développement économique appartient à une autre époque. Elle n’a rien à voir avec la transition écologique qui s’impose pour la survie de notre espèce. 

C’est sans parler, à plus court terme, des 6 milliards $ dont le Québec se priverait pour ses services de garde si les conservateurs étaient élus. Les femmes seront particulièrement affectées par ce choix politique.

Conflit de valeurs

O’Toole a beau répéter inlassablement : « je suis le chef » et « j’ai un plan », la base de son parti ne partage pas les valeurs environnementales ni le souci de justice sociale qui distinguent le Québec du reste de l’Amérique du Nord. Car il n’y a pas que le français qui fait de nous une société distincte. 

Ce n’est pas parce que François Legault est le premier ministre du Québec qu’il incarne ce que nous sommes et ce à quoi nous aspirons collectivement. Soixante-trois pour cent des Québécois(e)s n’ont d’ailleurs pas voté pour lui.

Nous sommes nombreux à voir plus grand que François Legault. Nous voyons la planète dans les yeux des enfants.