/lifestyle/columnists
Navigation

Conseil pour aider un fils à faire le bon choix

Coup d'oeil sur cet article

Je m’adresse à celle qui signait ce matin « Maman qui doute » pour l’enjoindre à respecter le choix de son fils qui désire s’orienter vers l’École de l’humour alors qu’elle et son mari souhaiteraient qu’il embrasse une carrière dans le commerce. 

En septembre 1959, mon seul frère, un beau jeune homme de 22 ans, commençait une carrière d’annonceur à la radio. II était si heureux dans sa profession. Il fut même un des premiers à annoncer le décès de John F. Kennedy le 22 novembre 1963. Mais mon père, homme souffrant d’insécurité parmi tant d’autres, détenteur d’un emploi à Postes Canada, préférait qu’il s’engage dans un domaine qui pouvait lui offrir une plus grande stabilité.

Mon frère avait le malheur à l’époque d’être quelqu’un de très influençable. Ce qui fait qu’en mai 1964 il est entré comme fonctionnaire au gouvernement provincial. Comme ce n’était pas du tout un homme fait pour une routine de travail de 9 à 5, il en a ramé un coup à contre -courant pendant toutes les années où il a occupé cet emploi. Au point même de s’en rendre malade.

Malgré cela il a tenu le coup jusqu’en juin 1986, pour finalement décéder en laissant derrière lui une épouse et deux belles jeunes filles. Il avait 50 ans.

Vers la fin de sa vie, rendu à 81 ans, mon père a admis l’erreur qu’il avait faite en ayant ainsi brisé les espoirs de son fils. Mais il était trop tard. Alors à cette dame et à son mari je dis « Respectez le choix de vie de votre fils, peu importe le résultat ! »

Lorraine, Québec

Merci de venir ainsi confirmer ce que je disais à cette personne. Il faut éviter, en tant que parents, de vouloir influencer nos enfants dans le sens de ce qui serait le meilleur pour nous. En dépit du lien parental souvent très fort entre parents et enfants, ces derniers ont leur nature propre qui les distingue de leurs parents et qui en fait des humains à part entière.