/sports/tennis
Navigation

Les trois grands toujours à égalité

Avec la défaite de Djokovic en finale, la lutte aux titres majeurs reste à finir

Novac Djokovic, Roger Federer et Rafael Nadal.
Photo d'archives Novac Djokovic, Roger Federer et Rafael Nadal.

Coup d'oeil sur cet article

« Ouf ! », soupireront sans doute les plus ardus partisans de Roger Federer et de Rafael Nadal. Avec la défaite de Novak Djokovic hier en finale des Internationaux des États-Unis, le compte demeure égal : les trois grands possèdent toujours chacun 20 titres du Grand Chelem. Mais avec le Suisse et l’Espagnol sur la touche pour de longs mois, voire plus, le Serbe demeure en bonne position pour les dépasser à ce chapitre. Sûrement dès l’année prochaine.    

20 titres chacun

NOVAC DJOKOVIC

  • Internationaux d’Australie : 9 (2008, 2011, 2012, 2013, 2015, 2016, 2019, 2020, 2021)
  • Roland-Garros : 2 (2016, 2021) 
  • Wimbledon : 6 (2011, 2014, 2015, 2018, 2019, 2021)
  • Internationaux des États-Unis : 3 (2011, 2015, 2018)  

ROGER FEDERER

  • Internationaux d’Australie : 6 (2004, 2006, 2007, 2010, 2017, 2018)
  • Roland-Garros : 1 (2009)
  • Wimbledon : 8 (2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009, 2012, 2017)
  • Internationaux des États-Unis : 5 (2004, 2005, 2006, 2007, 2008) 

RAFAEL NADAL

  • Internationaux d’Australie : 1 (2009)
  • Roland-Garros : 13 (2005, 2006, 2007, 2008, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2017, 2018, 2019, 2020) 
  • Wimbledon : 2 (2008, 2010)
  • Internationaux des États-Unis : 4 (2010, 2013, 2017, 2019)

La relève ? Elle est déjà bien installée, croit Djokovic

Après l’Autrichien Dominic Thiem l’an dernier, voilà le Russe Daniil Medvedev champion des Internationaux des États-Unis. 

La prometteuse relève semble finalement arrivée, après presque deux décennies dominées par le Suisse Roger Federer, l’Espagnol Rafael Nadal et, bien sûr, le Serbe Novak Djokovic, défait hier à une victoire du Grand Chelem. 

« C’est normal, a reconnu Djokovic après la finale. La transition est inévitable. »

Mais à 34 ans, le numéro un mondial refuse de croire qu’il n’ajoutera pas d’autres titres majeurs à son prestigieux palmarès, où il en a déjà inscrit 20. 

« Les gars plus vieux s’accrochent encore, a ajouté le Serbe. Nous voulons encore faire briller notre lumière sur le monde du tennis, le plus longtemps possible. Je parle pour moi. Je veux continuer, tenter de gagner d’autres tournois du Grand Chelem, représenter encore mon pays. »

« C’est ce qui me motive le plus à ce stade de ma carrière. »

Il va faire la fête

Visage emblématique de cette roue qui tourne sur le circuit masculin, Medvedev a reconnu qu’il allait célébrer en grand cette première victoire majeure. 

« Je n’ai rien de prévu dans les prochains jours, alors je vais fêter. Les Russes savent célébrer, non ? a lancé en riant le joueur de 25 ans. J’espère que je ne me retrouverai pas aux nouvelles ! Si c’est le cas, j’espère que ce sera positif. »

Ce titre aux Internationaux des États-Unis a évidemment une saveur particulière pour le géant de 6 pi 6 po. Surtout que Djokovic l’avait battu à sa dernière finale du Grand Chelem, en Australie, en début d’année. 

« Je suis vraiment heureux. C’est mon premier trophée du Grand Chelem. Je ne sais pas comment je me sentirai si j’en gagne un deuxième ou un troisième. Le premier, c’est spécial, et je suis vraiment content. »

Doubles fautes à cause de la foule

Le Russe est d’autant plus heureux que cette première victoire est survenue dans une ambiance particulière. En plus de Djokovic, Medvedev a dû vaincre la foule, qui prenait en grande partie pour son rival.

Surtout dans les derniers instants du match, alors qu’il était au service. 

« C’était vraiment dur, a reconnu le champion. Je devais rester concentré, car on ne sait pas ce qui se serait produit si ça avait été 5-5. Je ne crois pas que c’était contre moi. C’était vraiment en sa faveur. Ils voulaient le voir réussir le Grand Chelem. Mais c’est évident que la foule m’a fait commettre des doubles fautes ! »