/sports/hockey/canadien
Navigation

Guhle, Norlinder et les autres

Le CH ouvrira son camp des recrues demain avec 27 joueurs invités

Coup d'oeil sur cet article

Le 7 juillet dernier, le Canadien s’inclinait 1 à 0 lors du cinquième match de la finale contre le Lightning de Tampa Bay. À peine deux mois plus tard et après les joies d’une présence inattendue en finale de la Coupe Stanley, le CH replongera dans ses activités régulières avec la présentation d’un camp des recrues. 

Marc Bergevin et ses acolytes ont invité 27 joueurs pour ce camp qui s’amorcera demain et se déroulera jusqu’à mardi prochain. 

Des 27 joueurs présents, le défenseur Kaiden Guhle sera la principale tête d’affiche. Logan Mailloux, le controversé choix de premier tour au plus récent repêchage reconnu coupable d’un crime à caractère sexuel en Suède, n’y participera pas. 

Jean-François Houle, le nouvel entraîneur-chef du Rocket de Laval, dirigera les activités du camp en compagnie de ses adjoints, Kelly Buchberger, Martin Laperrière et Marco Marciano. 

Les jeunes espoirs du Tricolore disputeront trois matchs, deux contre les Sénateurs d’Ottawa (samedi à Ottawa et lundi prochain à Brossard) et un contre les meilleurs joueurs universitaires du circuit USports (mardi prochain, à Brossard).

Le Journal vous présente sept jeunes espoirs du CH à surveiller lors de ce camp.  

Kaiden Guhle

1er tour (16e) en 2020

Capture écran, NHL.com
  • Défenseur 
  • 6 pi 3 po 
  • 203 lb 

Guhle a porté les couleurs du Canada l’an dernier au Championnat du monde junior à Edmonton. Utilisé dans un rôle a priori défensif, il a tout de même récolté trois points (2 buts, 1 passe) en sept rencontres. Il est reparti de ce tournoi avec une médaille d’argent. André Tourigny, l’entraîneur de l’équipe canadienne l’hiver dernier, l’a décrit comme un guerrier.  

« C’est un vrai, c’est un guerrier, avait dit Tourigny en janvier dernier au Journal. C’est un défenseur qui sera très difficile à affronter. Un très bon patineur, une bonne lecture du jeu, il prend les bonnes décisions avec la rondelle. »

En plus de son expérience sur la scène mondiale en cette année de pandémie, Guhle a brièvement joué pour le Rocket de Laval (trois matchs) et les Raiders de Prince Albert (deux matchs). Capitaine de son équipe junior dans la WHL, Guhle s’est blessé à une main au mois de mars. À moins d’une grande surprise lors du prochain camp, il retournera dans l’Ouest canadien cette saison.  

Mattias Norlinder

3e tour (64e) en 2019 

Photo courtoisie
  • Défenseur 
  • 5 pi 11 po 
  • 179 lb 

On entend parler de Norlinder depuis plusieurs mois déjà. Malgré son jeune âge, le rapide défenseur gaucher s’est établi comme l’un des bons arrières dans la Ligue élite de la Suède. Avec l’équipe de Frölunda, il a amassé 10 points (5 buts, 5 passes) en 37 matchs malgré des blessures à une épaule et un genou au cours de la dernière saison. En séries, il a produit à un rythme encore plus élevé avec cinq points (3 buts, 2 passes) en sept parties. Repêché en 2019, Norlinder découvrira Montréal pour une première fois avec cette présence au camp des recrues. Il a paraphé un contrat de trois ans avec le CH au mois de juillet. Mais s’il ne parvient pas à gagner un poste dans la LNH, Norlinder retournera pour une dernière saison avec les Indians de Frölunda puisqu’il lui reste encore une saison à son entente.  

Jan Mysak

2e tour (48e) en 2020

Photo tirée de Instagram
  • Centre 
  • 5 pi 11 po 
  • 176 lb  

Mysak a divisé son temps entre le HC Litvinov, de la Ligue élite tchèque, et le Rocket de Laval. Âgé de 18 ans au cours de la dernière saison, Mysak a trempé ses pieds dans la Ligue américaine avec une expérience de 22 rencontres. Sous les ordres de Joël Bouchard, il a marqué deux buts. Il a aussi participé au Championnat du monde junior avec la République tchèque en tant que capitaine de son équipe. Il a réussi deux buts et obtenu une passe en cinq duels. Le Tricolore jouera de patience avec Mysak. Il poursuivra son développement avec les Bulldogs de Hamilton dans la Ligue junior de l’Ontario cette saison. L’année de son repêchage, soit en 2019-2020, il avait présenté des chiffres impressionnants avec 25 points en seulement 22 matchs dans la OHL. Techniquement, Mysak était admissible à un retour dans la Ligue américaine cet hiver puisqu’il a joué plus de 20 affrontements l’an dernier avec le Rocket. Mais le CH ne voudra pas brûler d’étapes avec son jeune joueur et l’organisation a déjà choisi un retour dans la OHL.

Rafaël Harvey-Pinard

7e tour (201e) en 2019

Photo Martin Chevalier
  • Ailier gauche 
  • 5 pi 9 po 
  • 173 lb 

Harvey-Pinard n’est pas le plus grand ni le plus gros, mais il a du cœur au ventre. On l’a déjà comparé plusieurs fois à un jeune Brendan Gallagher. À ses débuts chez les professionnels l’an dernier avec le Rocket, Harvey-Pinard a réussi son entrée avec 20 points (9 buts, 11 passes) en 36 matchs. Au-delà des chiffres, le joueur originaire de Jonquière, à Saguenay, a charmé la direction du CH par son intensité et son désir d’apprendre. En 2018-2019, il a gagné la coupe Memorial comme capitaine des Huskies de Rouyn-Noranda.

L’année suivante, il portait le « C » avec les Saguenéens de Chicoutimi à sa saison de 20 ans dans la LHJMQ. Maintenant âgé de 22 ans, l’ailier gauche devrait logiquement poursuivre sa route avec Laval, mais il pourrait aussi cogner à la porte du grand club pour un rappel durant l’hiver. Pour un lointain choix de septième tour, il représente un bel espoir.  

Jesse Ylönen

2e tour (35e) en 2018

Photo Agence QMI, Joêl Lemay
  • Ailier droit 
  • 6 pi 
  • 167 lb 

Ylönen a fait ses débuts dans la LNH l’an dernier. C’était lors du 56e et dernier match de la saison régulière contre les Oilers d’Edmonton. Il n’y avait plus d’enjeu pour une position au classement dans la division Nord et Dominique Ducharme avait choisi de reposer plusieurs vétérans. Mis à part ce très bref passage avec le Canadien, Ylönen a découvert la réalité du hockey en Amérique du Nord avec une première saison au sein du Rocket. Sur le plan offensif, il s’est bien débrouillé avec 17 points (9 buts, 8 passes) en 29 rencontres. Avant l’ouverture de la saison dans la Ligue américaine, l’ailier droit a également joué 21 matchs en Finlande avec les Pelicans. Considérant le surplus d’ailiers à Montréal, Ylönen devrait encore une fois prendre la direction de Laval. 

Xavier Simoneau

6e tour (191e) en 2021

Photo courtoisie
  • Centre 
  • 5 pi 7 po 
  • 175 lb 

Simoneau aimerait probablement suivre les traces d’un David Desharnais. Si ce dernier n’a jamais eu le bonheur d’être repêché par une équipe de la LNH, Simoneau a connu cette joie à la fin du plus récent repêchage. Le CH lui a offert une chance à la fin du sixième tour. Après une saison de 89 points en 2019-2020 avec les Voltigeurs, Simoneau a encore une fois empilé les buts et les passes avec 37 points en 27 matchs l’an dernier à Drummondville. Échangé à Charlottetown au cours de la saison morte, Simoneau devrait jouer pour les Islanders cette année. À moins qu’il cause une surprise et gagne un poste avec le Rocket. Mais le CH risque fort d’imiter le modèle Harvey-Pinard en le retournant jouer une dernière saison à 20 ans dans la LHJMQ.  

Riley Kidney

2e tour (63e) en 2021

Photo courtoisie
  • Centre 
  • 5 pi 11 po 
  • 168 lb 

Kidney n’est pas l’espoir le plus connu. Il est passé dans l’ombre comme choix de deuxième tour, mais surtout en raison de la sélection du défenseur Logan Mailloux. Le centre originaire de Halifax, en Nouvelle-Écosse, retournera pour une troisième saison avec le Titan d’Acadie-Bathurst. L’an dernier, il a obtenu 38 points (13 buts, 25 passes) en 33 matchs. Il a élevé son jeu d’un cran, même deux crans, en séries avec 17 points (2 buts, 15 passes) en neuf duels. En plus de Simoneau et Kidney, il y aura deux autres espoirs de la LHJMQ repêchés cette année par le Tricolore : le défenseur William Trudeau et l’ailier droit Joshua Roy.