/finance/news
Navigation

Pénurie de main-d’œuvre: les robots sont-ils la solution?

Coup d'oeil sur cet article

Investissement Québec a l’intention d’investir dans des entreprises québécoises, afin de leur permettre de se doter de technologies, pour relancer l’économie.

Pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre, Investissement Québec accordera du financement dans des «projets innovants» de PME.

«Liggo cherche à accélérer la transformation numérique, et augmenter la productivité des PME manufacturières au Québec», a expliqué Antoine Proteau, DG de Liggo, l’une des entreprises qui ont reçu ces subventions.

Diversité d’aides

Cet investissement, décidé l’année dernière, se découpe en plusieurs types de prêts, avec des durées variables.

«L’investissement dans APN Liggo fait partie du programme Initiative Productivité Innovation, qui a été mis en place en septembre 2020 pour encourager les entreprises à investir dans des projets innovants», a souligné Bicha Ngo, première vice-présidente pour les placements privés chez Investissement Québec.

«On veut s’assurer que les entreprises québécoises soient plus compétitives, et cette compétitivité passe par l’innovation, donc la robotisation, l’automatisation, la numérisation et l’intelligence artificielle», a poursuivi Mme Ngo.

La robotisation, la solution?

Le choix de Québec a quant à lui soulevé des questions pour plusieurs. Bien qu’elle pourrait subvenir à la pénurie de main-d’œuvre et soulager la charge des employeurs, la robotisation peut également fermer des opportunités d’emplois.

«Cela vient aider le fardeau de la pénurie de main-d’œuvre, l’automatisation vient déplacer certains travaux, ça permet de combler des postes qui ne pouvaient pas être comblés auparavant», a soutenu Antoine Proteau.