/sports/opinion/columnists
Navigation

Un terrain piégé...

SPO-HKO-HKN-2018-NHL-DRAFT---ROUND-ONE
Photo d'archives, AFP C’est la saison de vérité pour Kyle Dubas chez les Maple Leafs de Toronto .

Coup d'oeil sur cet article

Elias Pettersson, joueur de premier plan des Canucks de Vancouver, ainsi que son coéquipier, Quinn Hughes, le meilleur défenseur de la formation, n’ont toujours pas réussi à trouver un terrain d’entente avec leur employeur, sans oublier que nous sommes à quelques jours de l’ouverture du camp d’entraînement.

Également, Brady Tkachuk est toujours en période de négociation et l’on s’attend à ce que les deux clans en arrivent à un accord dans les prochains jours. Rasmus Dahlin n’a toujours pas réussi à convaincre les Sabres de Buffalo qu’il appartient au même groupe que Zach Werenski, Miro Heiskanen, Cale Makar, qui ont obtenu le gros lot au cours de l’été.

Kirill Kaprizov, formidable à sa première saison dans la Ligue nationale, exige un contrat lui permettant de rejoindre l’élite du circuit.

Il y a deux ans, Mitch Marner avait fait sauter la banque à Toronto en signant une entente à la dernière minute. Charlie McAvoy avait joué avec la patience des dirigeants des Bruins, les obligeant à sortir l’encrier et à signer un contrat passerelle. Mikko Rantanen et Patrik Laine avaient également mené des négociations intenses.

Mais, à ce moment-là, il n’y avait pas la pandémie.

Les règles du jeu ont changé depuis 2019.

Plusieurs décideurs laissent partir des joueurs importants sans leur offrir un contrat : ils ne peuvent tout simplement pas les accommoder en raison des exigences salariales.  

Marc Bergevin a dépensé des millions de dollars au cours des dernières années et, éventuellement, il devra réussir des tours de magie pour se sortir de l’impasse du plafond salarial, en présumant qu’il occupera toujours le poste de directeur général du Canadien.

Présentement, l’absence de Shea Weber lui permet de jongler avec les effectifs. Il n’y a pas trop de soucis pour l’an prochain, même si Nick Suzuki entend passer à la caisse. Va-t-on retenir les services de Ben Chiarot, qui visera au moins 5 M$ ? Brett Kulak et Chris Wideman pourront se prévaloir de leur statut de joueur autonome sans compensation, cela ne représente pas un problème. Cédric Paquette et Mathieu Perreault, également, tenteront de profiter du marché des joueurs autonomes.

Tant et aussi longtemps que Brendan Gallagher et Carey Price répondront aux attentes et que Shea Weber demeurera sur la liste des joueurs blessés pour une longue période, ça va aller.

Cependant, Bergevin est comme un funambule se déplaçant sans aucune protection.

Un risque qu’il doit courir pour compétitionner au même niveau que ses homologues et aussi un risque qu’il a créé en se montrant trop généreux à l’endroit de certains patineurs.

C’est parti

Si, à Montréal, l’avenir de Marc Bergevin avec l’organisation demeure incertain, à Toronto, le dossier de Kyle Dubas soulève bien des spéculations. Et, pourtant, la saison s’ébranle dans un mois. Est-ce l’année de vérité ? Assurément. Les Maple Leafs ont dépensé une fortune, ils ont apporté des changements sur tous les plans, mais l’histoire se répète chaque année. Cette équipe est incapable de franchir la première étape des séries éliminatoires. La défaite du printemps dernier, contre le Canadien, n’a pas aidé la cause de Dubas auprès des amateurs. Mais, ce sont les performances décevantes de ses joueurs étoiles, Mitch Marner et Auston Matthews, qui changent vraiment la donne. Marner a été critiqué sévèrement ; partira-t-il pour une autre ville si jamais les Leafs font à nouveau chou blanc pendant les séries éliminatoires ? Ajoutez l’arrivée de Nick Ritchie et Ondrej Kase pour remplacer Nick Foligno et Zach Hyman, il n’y a pas de quoi calmer la colère des partisans de l’équipe...

Deux défenseurs à surveiller au cours de la prochaine saison : John Klingberg, des Stars de Dallas, et Morgan Rielly, des Maple Leafs de Toronto. Ils pourront se prévaloir de leur statut de joueur autonome. Il s’agit de deux défenseurs de premier plan et s’ils optent pour l’autonomie, ils n’auront aucune difficulté à trouver preneur... 

À moitié prix

Deux défenseurs à qui l’on verse un salaire annuel de 9 M$ et la perspective de rater encore une fois les séries éliminatoires, cela signifie que l’équation ne fonctionne pas. Donc, P.K. Subban doit partir puisqu’on vient d’embaucher Dougie Hamilton. Les équipes manifestant un intérêt pour P.K. discuteront d’une transaction à moitié prix. Si les Devils veulent absolument se départir de Subban, ils devront payer la moitié de son salaire. À prendre ou à laisser ? Euh. À 4,5 M$ pour le volubile défenseur, c’est un pensez-y-bien. A-t-il toujours les mêmes ressources ? Prend-il toujours autant d’espace dans le vestiaire ? Autant de questions invitant à la plus grande prudence...

À Vegas, on a encerclé le 8 janvier 2022 comme une date bien particulière. Ce sera le premier match dans l’uniforme des Blackhawks de Chicago de Marc-André Fleury à Las Vegas. Ça promet.

Dans l’inconnu

La prochaine saison de la Ligue nationale de hockey prendra son envol le mois prochain avec plusieurs interrogations relativement à certains vétérans.

  • Comment se comporteront les Penguins de Pittsburgh, en début de saison, avec Evgeni Malkin et Sidney Crosby sur la liste des blessés ?
  • Est-ce la dernière année de Kristopher Letang et de Malkin avec cette équipe ? Les deux joueurs terminent la dernière année de leur entente avec les Penguins.
  • Patrice Bergeron a avisé les Bruins de Boston qu’il discutera de son avenir après la prochaine saison. Bergeron se donne-t-il une autre année avant de prendre la décision la plus importante de sa carrière ?
  • Claude Giroux quittera-t-il les Flyers de Philadelphie à la fin de la saison ? Il devient joueur autonome sans compensation.
  • Jack Eichel déménagera-t-il ? Assurément. Mais dans quelle ville ? Les équipes qui avaient manifesté un intérêt au cours de l’été, mais qui, devant la lenteur des négociations, avaient pris un certain recul, semblent de retour. 
  • Quand va-t-on prendre une décision dans le cas de Evander Kane ? Doug Wilson, le grand patron des Sharks de San Jose, avait subi les pressions de certains joueurs, l’an dernier, sur les agissements de Kane. Il avait gardé le silence et les joueurs n’avaient pas apprécié. Tomas Hertl ne s’est pas gêné pour dire qu’il ne savait pas s’il poursuivra sa carrière à San Jose. Sera-t-il échangé ?