/news/politics
Navigation

Débats des chefs: le député du PLQ André Fortin a conseillé Justin Trudeau

Periode des questions
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le député libéral André Fortin a admis avoir conseillé Justin Trudeau dans sa préparation aux débats des chefs, plombant du même coup la rentrée parlementaire des troupes de Dominique Anglade à l’Assemblée nationale.  

• À lire aussi: Bulletin des chefs: un cadeau inespéré pour Blanchet

• À lire aussi: Débat en anglais : Le PQ veut des excuses formelles du consortium

La cheffe du PLQ souhaitait profiter du retour des élus au Parlement pour repositionner son parti comme un fervent défenseur des intérêts du Québec. Mais la jambette est venue de sa propre formation politique.  

«(J’ai) conseillé (Justin Trudeau), j’ai participé à la préparation des débats, a glissé le député de Pontiac et leader parlementaire de l’opposition officielle en conférence de presse. Je lui ai donné ma perspective, mes conseils sur la politique québécoise». André Fortin a ajouté qu'il aurait accepté de jouer un tel rôle pour n'importe quel autre chef de parti.    

  • Écoutez l'analyse de Philippe-Vincent Foisy et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

À ses côtés, Dominique Anglade a promis de ne pas soutenir l’intervention du fédéral dans les champs de compétence des provinces.

Mais le mal était fait. Quelques heures plus tard, le premier ministre François Legault se servait de cette proximité entre le député Fortin et Justin Trudeau pour parer aux attaques de l’opposition officielle.  

Au cabinet de la cheffe libérale, on précise qu’il n’y a jamais eu de directive envoyée aux députés au sujet de leur implication dans les élections fédérales. Le député de Pontiac n’a donc pas eu à demander la permission pour conseiller Justin Trudeau.  

«Inacceptable» 

Cette décision d’aider le chef du Parti libéral du Canada est néanmoins «inacceptable» aux yeux de certains libéraux, qui craignent que cet épisode nuise à leur formation politique sur une longue période. Plusieurs élus étaient même encore «sous le choc» après avoir encaissé le coup. «On s’en serait passé», dit-on en coulisses.