/lifestyle/columnists
Navigation

Devrais-je renoncer à mes amis pour lui plaire?

Coup d'oeil sur cet article

Mon mari est décédé il y a cinq ans après une longue agonie causée par l’Alzheimer. Nous avions eu une vie professionnelle active, doublée d’une vie sociale qui l’était tout autant. À travers ça nous avons élevé deux enfants qui font ma fierté.

Même si ma vie est remplie, l’habitude de partager mon quotidienavec quelqu’un a commencé à me manquer quand le deuil de mon mari fut fait. Une de mes connaissances m’a présenté un veuf de sa connaissance.

Pour ne pas avoir l’air d’une femme en manque, je l’ai fait languir un peu en n’acceptant de sortir avec lui que sporadiquement pour tester le sérieux de sa démarche. Pendant un an de ce régime, il s’est montré un compagnon charmant, affable et rempli de gentillesse.

Ce qui m’a décidée à lui demander de partager ma vie en venant vivre chez-moi de quatre à cinq jours par semaine. C’est à partir de là que les choses se sont gâtées. Non pas que la vie commune soit désagréable avec lui, mais il a du mal à supporter que je sorte avec mes amies ou que j’aille jouer au golf quand il est chez-moi.

Il me demande l’exclusivité la plus stricte, alors qu’il ne pratique aucun sport, et ne s’intéresse à aucune discipline artistique. Je ne me résigne pas à refuser de jouer au golf ou à sortir avec mes amies quand elles me le proposent, et ça crée une vive tension entre nous, puisqu’il refuse de m’accompagner.

Selon lui, je devrais profiter des deux jours où il rentre chez lui pour faire toutes mes activités sociales. Mais ce serait difficile de fonctionner ainsi puisqu’il faudrait que je me prive de plein de choses et de personnes que j’aime.

Je ne sais pas si j’ai envie de vivre ce régime à long terme, et je déteste les séances de bouderie quand j’ose transgresser ses interdits. Ma meilleure amie me dit que je devrais négocier une entente avec lui. Mais que risque-t-il de m’offrir en retour de mes sacrifices, lui que rien n’intéresse ?

Amoureuse en questionnement

Dans un couple, les concessions sont nécessaires si on veut aplanir les aspérités et se donner toutes les chances d’être heureux ensemble. Mais les assouplissements ne doivent pas venir d’un seul côté. Que cet homme vous demande de renoncer à ce que vous êtes et à votre façon de mener votre vie rendue à votre âge est inadmissible. Encore moins s’il n’a rien à vous proposer en remplacement. Un sérieux débat avec lui serait nécessaire pour lui faire abattre son jeu sur ce qu’il est prêt à faire lui-même pour que ça fonctionne à long terme entre vous, sans vous priver de ce qui faisait votre vie d’avant.